Bulletin d'information toxicologique (octobre 2012)

Volume 28, Numéro 4

15 octobre 2012

Nicolas J. Caron, Ph. D., Michel A. Lefebvre, M. Sc.

Le fentanyl est un opioïde synthétique très puissant dont l’utilisation dans un contexte thérapeutique ne requiert que de très faibles doses. On le détecte alors à des concentrations de quelques ng/ml (ou quelques nmol/L). À de telles concentrations, les méthodes de dépistage d’inconnus par GC-MS ne démontrent pas une sensibilité suffisante pour exclure totalement la présence de fentanyl dans un échantillon biologique. Il est donc nécessaire d’utiliser des méthodes directes pour le quantifier, mais également pour le dépister. Même si le fentanyl partage presque toutes les propriétés de la morphine, ses différences structurelles le rendent invisible aux méthodes immunologiques de dépistage visant la morphine. Depuis 2004, le Laboratoire de toxicologie de l’INSPQ offre la quantification (dosage) du fentanyl et de son métabolite (norfentanyl) dans le sang et le plasma.

15 octobre 2012

Julie Veilleux, Pierre-André Dubé, M. Sc., Caroline Sirois, Ph. D.

Le fentanyl est un opioïde puissant utilisé dans le traitement de la douleur chronique modérée à sévère. L’administration d’une dose trop élevée peut générer des effets toxiques comme une dépression respiratoire, ou encore entraîner la mort. Les timbres transdermiques possèdent un potentiel d’abus très élevé. Le but de cet article est de présenter une revue systématique de la littérature des cas de décès rapportés reliés à la prise de fentanyl en timbres transdermiques qui ont été jugés accidentels ou volontaires.

15 octobre 2012

Gilles Sainton, M.D., M. Sc., Pierre-André Dubé, M. Sc.

La Loi sur la recherche des causes et des circonstances des décès prévoit que le coroner intervient dans tous les cas de décès violents ou obscurs qui surviennent au Québec afin de : déterminer les causes et les circonstances du décès tout en recherchant si ce décès aurait pu être évité; protéger les vies humaines en formulant, s’il y a lieu, des recommandations pour prévenir des décès semblables; informer le public sur les causes et les circonstances du décès. D'après les données du Bureau du coroner du Québec, 29 personnes (15 femmes et 14 hommes) sont décédées à la suite d’une intoxication au fentanyl entre 2001 et 2010. Le but de cet article est de discuter des contraintes qu’un coroner doit surmonter dans l’investigation d’un décès à la suite d’une intoxication par un timbre transdermique de fentanyl (TTF) et des recommandations émises par certains coroners dans les dernières années pour prévenir des décès par le TTF.

15 octobre 2012

Alexandre Larocque, M.D., FRCPC

Les opioïdes constituent une vaste classe pharmacologique réunissant des dérivés naturels de la plante papaver somniferum de même que des composés semi-synthétiques et synthétiques. Les intoxications aux opioïdes sont fréquentes et peuvent entraîner des conséquences graves allant jusqu’au décès. La triade classique de l’intoxication aux opioïdes est constituée de dépression respiratoire, de diminution de l’état de conscience et de myosis. La surveillance, tant chez le sujet exposé à un opioïde et initialement asymptomatique que chez celui ayant nécessité un traitement avec la naloxone, est de toute première importance et constitue la meilleure garantie de sécurité dans ces circonstances. L’objectif de cet article est de revoir la prise en charge des intoxications aux opioïdes en discutant des mécanismes de toxicité, de la présentation clinique de ces intoxications, de leur diagnostic et de leur traitement.

15 octobre 2012

Pierre-André Dubé, M. Sc.

Le fentanyl est un médicament 100 fois plus puissant que la morphine, tandis que l’héroïne est environ 3 fois plus puissante que cette dernière. Le mésusage volontaire des timbres transdermiques de fentanyl (TTF) est donc un aspect assez inquiétant pour la santé publique. Le Centre antipoison du Québec rapporte 152 consultations téléphoniques pour intoxication potentielle par TTF entre 2005 et 2011. Le présent dossier sur le fentanyl est le fruit d’une collaboration spéciale de professionnels de différentes disciplines et vise à sensibiliser les professionnels de la santé et les coroners aux risques associés au mésusage des TTF, en plus de faire un rappel des méthodes analytiques disponibles et du traitement de l’intoxication aiguë.

Le Bulletin d’information toxicologique (BIT) est une publication conjointe de l’équipe de toxicologie clinique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et du Centre antipoison du Québec (CAPQ). La reproduction est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite. Les articles publiés dans ce bulletin d'information n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs et non celle de l'INSPQ ou du CAPQ.

ISSN : 1927-0801