Exposition professionnelle au VIH
Soins post-exposition

En cas d’exposition, le voyageur doit rapidement nettoyer la plaie :

  • les muqueuses doivent être rincées abondamment avec de l’eau propre;
  • les plaies doivent être désinfectées avec un produit non irritant;
  • la peau saine doit être rincée avec de l’eau et du savon.

Il faut procéder le plus tôt possible à l’évaluation du risque et de la possibilité de prendre la prophylaxie. Le cas échéant, celle-ci devrait débuter dans les 2 premières heures et au maximum 72 heures après l’exposition.

Dans le cas où, après consultation médicale, on aura jugé qu’un risque significatif existe, les antirétroviraux seront poursuivis pendant 28 jours. La décision de poursuivre ou non la prophylaxie dépend du type d’accident et des risques que présente la personne-source. Il faut donc déterminer le statut sérologique de la source et identifier ses facteurs de risque d’infection par le VIH.

Dans les cas où la source s’avère séronégative, certains comportements récents à risque d’acquisition du VIH peuvent justifier la poursuite de la prophylaxie (à cause de la période fenêtre pendant laquelle la personne infectée peut être encore séronégative et de la qualité des tests utilisés). Afin de ne pas interrompre le traitement, il faut envisager un rapatriement sanitaire ou, si la logistique le permet, s’assurer d’un suivi médical adéquat ainsi que d’un approvisionnement suffisant pour compléter le traitement prophylactique sur place.

 

Dernière modification: 

26 juillet 2016