Publications

  • 17 mai 2013

    À la lumière des données épidémiologiques de l'été 2011 et de l'été 2012 ainsi que des données cliniques récentes de complications rénales possibles à long terme à la suite d'une infection même asymptomatique, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) s'est vu confier le mandat le 10 septembre 2012 de fournir un avis scientifique au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) sur les interventions à privilégier pour lutter contre le virus du Nil occidental (VNO) au cours de l'été 2013. Cette demande est en continuité avec le processus antérieur, car c'est à la suite d'avis de l'INSPQ que les activités de surveillance animale et entomologique ainsi que de contrôle des moustiques avaient été introduites en 2002 et cessées en 2007. Le présent avis scientifique a été...

  • 26 juin 2020

    Cette fiche présente les mesures de recommandations intérimaires concernant le secteur de l’imprimerie. Ces mesures de prévention de la COVID-19 en milieu de travail s'appliquent lorsque la transmission communautaire soutenue est confirmée par les autorités de santé publique afin de protéger la santé de leurs employés et de ceux qui fréquentent le milieu de travail, il est demandé aux employeurs de favoriser, avec des mesures d’aménagement du mode et du temps de travail, le respect des consignes données aux employés qui sont en isolement obligatoire (télétravail), et à ceux qui ont d’autres types de contraintes (horaires flexibles, télétravail).

  • 17 novembre 2017

    La future politique bioalimentaire aura plusieurs implications pour la santé de la population. Les consommateurs et les différents acteurs du secteur bioalimentaire ont d’ailleurs identifié la santé comme l’une de leurs principales préoccupations. Dans le présent document, l’INSPQ attire l’attention des décideurs sur certains enjeux de santé à considérer dans l’élaboration de la politique, soit la saine alimentation, l’innocuité alimentaire et les pesticides ainsi que l’influence des activités agricoles et de l’alimentation sur les changements climatiques. Les deux premières thématiques ont été abordées dans un précédent mémoire produit en 2011. Plusieurs des constats ou recommandations demeurent pertinents, mais ont été actualisés et précisés à la lumière des nouvelles connaissances...

  • 25 juillet 2014

    À la lumière des nouvelles connaissances disponibles depuis la publication de l'avis scientifique original (mai 2013) et des résultats obtenus grâce à la mise en place d'un plan d'intervention gouvernemental de protection de la population contre le VNO en 2013, l'INSPQ soumet au MSSS des recommandations pour éclairer la prise de décision sur la gestion du risque de transmission du VNO pour 2014.

    Tel qu'indiqué dans l'avis scientifique original, il est important de prendre note que le présent addenda ne traite pas des risques et des interventions pour la transfusion de sang et la transplantation de tissus et d'organes. De même, les risques et les interventions pour des sous-groupes spécifiques (ex. les femmes enceintes ou qui allaitent et les travailleurs des secteurs forestiers...

  • 7 avril 2015

    Depuis la saison estivale 2010, l'Institut national de santé publique du Québec produit annuellement un bilan de surveillance des impacts des vagues de chaleur extrême sur la santé de la population, en utilisant le Fichier hebdomadaire des décès de l'Institut de la statistique du Québec. Le but principal de cette étude est de vérifier la validité de cette source de données. L'étude vise également à mesurer l'impact de l'âge, de la défavorisation matérielle, ainsi que de la présence d'îlots de chaleur urbains sur la fréquence des décès pendant les vagues de chaleur extrême.

    Un outil de surveillance utile :

    • La validité des données du Fichier hebdomadaire des décès a été évaluée en comparant les impacts des vagues de chaleur de 2010 et de 2011, avec...
  • 17 avril 2003

    Ce document résume les recommandations de l'Institut au ministère de la Santé et des Services sociaux concernant la pertinence et la faisabilité de procéder à des applications préventives de larvicides au Québec, en 2003. Ces applications auraient pour but de réduire le risque de transmission du virus du Nil occidental de même que ses impacts éventuels sur la santé des Québécois. 

    Nous entendons par « traitements préventifs » les applications de larvicides dès le printemps, avant et sans attendre la confirmation durant l’année en cours de la présence d’activité virale, d’un foyer local de transmission active par les vecteurs ou du diagnostic de cas humains. Les traitements « correctifs » diffèrent des « traitements préventifs » du fait qu’ils seraient effectués localement suite...

  • 10 février 2016

    La maladie de Lyme est émergente au Québec et connaît une importante progression depuis 2011. Elle est causée par la bactérie Borrelia burgdorferi et peut se transmettre par une piqûre de la tique Ixodes scapularis infectée. Cent vingt-cinq (125) cas ont été déclarés au Québec en 2014, dont un peu plus de la moitié avait acquis leur infection au Québec.

    En 2014, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a publié l’avis scientifique « Proposition d’un programme de surveillance intégré pour la maladie de Lyme et les autres maladies transmises par la tique Ixodes scapularis au Québec », suite à un mandat obtenu du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). L’objectif principal de ce programme était de soutenir l’analyse de risque de la...

  • 19 février 2021

    Cette fiche présente les mesures de prévention à appliquer par les employeurs et travailleurs dans le secteur administratif afin de protéger la santé des employés et de ceux qui fréquentent le milieu de travail. Ces mesures s'appliquent lorsque la transmission communautaire soutenue est confirmée par les autorités de santé publique.

  • 17 juillet 2020

    Cette fiche présente les mesures de prévention à appliquer par les employeurs et travailleurs des agences de placenement afin de protéger la santé des employés et de ceux qui fréquentent le milieu de travail. Ces mesures s'appliquent lorsque la transmission communautaire soutenue est confirmée par les autorités de santé publique.

  • 11 juillet 2014

    La démarche d'évaluation d'impact sur la santé (ÉIS) implique différents secteurs outre celui de la santé et vise à éclairer la prise de décision. Il est donc indispensable de se préoccuper du partage de connaissances pour maximiser les chances que les recommandations issues de l'ÉIS soient pertinentes et soient prises en compte.

    Là ou les personnes responsables de l'ÉIS doivent donc être capables d'organiser des activités adéquates de partage de connaissances, et ce, en tenant compte du profil de leurs interlocuteurs, du contexte de décision et des ressources disponibles.

    Dans ce document, nous abordons brièvement l'importance du partage de connaissances lors des ÉIS et notre préférence pour la notion de partage plutôt que celle de transfert de connaissances. Puis nous...

Pages