Publications

Nouveautés

Vous pouvez utiliser le formulaire pour effectuer une recherche dans l'ensemble de nos publications.

  • 16 février 2018

    La présente fiche vise à répondre aux besoins d’informations exprimés par des personnes consultées dans le cadre d’une démarche exploratoire menée par l’INSPQ : besoins d’informations factuelles sur ce qu’est ou n’est pas une communauté de pratique, ses avantages, limites, indications et implications en santé publique.

    Par sa structure et son fonctionnement, la communauté de pratique s’avère une stratégie des plus pertinentes pour lier la théorie à la pratique et contribuer à l’intégration des données probantes (savoirs tacites et explicites) dans les prises de décision en santé publique. La communauté de pratique représente toutefois un changement de culture posant un défi à la fois aux professionnels et aux organisations. Pour les individus, il s’agit de passer d’une logique...

  • 16 février 2018

    La communauté de pratique constitue un outil pertinent pour les acteurs de santé publique. Mais connaissent-ils bien ce mode de travail collaboratif? De quoi les gestionnaires et professionnels ont-ils besoin pour le mettre en oeuvre adéquatement? L’équipe Transfert de connaissances de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a tenté de répondre à ces questions.

    C’est par le biais d’une analyse des besoins réalisée auprès de professionnels et gestionnaires de l’INSPQ qui animaient déjà une communauté de pratique ou envisageaient d’en créer une que la démarche s’est amorcée. Par la suite, la démarche a été étendue à l’externe afin de documenter auprès d’un plus grand nombre de fondateurs ou animateurs de communautés de pratique, les besoins liés à leur...

  • 13 février 2018
    • L’Institut national de santé publique du Québec salue l’intention du Gouvernement d’améliorer le Code de la sécurité routière (CSR) et est généralement en accord avec les changements proposés dans le projet de loi no 165, Loi modifiant le Code de la sécurité routière et d’autres dispositions.
    • L’Institut national de santé publique du Québec appuie notamment les mesures relatives au principe de prudence, à l’imposition d’un antidémarreur à vie chez les récidivistes de l’alcool au volant, à l’augmentation des sanctions concernant l’utilisation du cellulaire en conduisant et à la prolongation de la période d’utilisation du siège d’appoint chez les enfants. Des bonifications sont toutefois proposées afin d’étendre leur portée par rapport à la clientèle ciblée, de favoriser...
  • 12 février 2018

    Cet outil vise à faciliter l’application du Cadre de référence pour la gestion des risques en santé publique au Québec et de l’aide-mémoire qui l’accompagne. La phase 1 du processus de gestion des risques comprend deux étapes : le cadrage et la planification. Le présent outil porte sur la première étape.

    Cet outil s’adresse principalement aux intervenants de santé publique oeuvrant en maladies infectieuses, en santé au travail et en santé environnementale.

    Il ne remplace pas les protocoles et les guides utilisés dans la pratique courante. Il est particulièrement utile dans les situations inhabituelles ou pour des problématiques émergentes, qu’elles soient urgentes ou non.

  • 8 février 2018

    Le programme universel d’immunisation contre les maladies invasives à pneumocoque a été implanté par le ministère de la Santé et des Services sociaux en 2004. Dès sa première année d’implantation, il a rejoint près de 90 % des enfants québécois. L’introduction des trois vaccins conjugués a d’ailleurs été suivie d’une baisse substantielle de l’incidence des cas déclarés d’infections invasives à pneumocoque chez les moins de 5 ans. Ce rapport s’inscrit en suivi des deux rapports d’évaluation précédents et présente les données recueillies pour les différents volets de l’évaluation entre 2010 et 2014.

    • Entre 2010 et 2014, la couverture vaccinale a atteint de 92 % à 95 % des cohortes, cette proportion étant croissante depuis 2005. Une proportion très élevée de 97 % a reçu au...
  • 8 février 2018
    • La stigmatisation liée à la santé est un processus social à travers lequel se construisent ou se renforcent des représentations sociales négatives à l’égard de certains groupes d’individus étiquetés sur la base de problèmes de santé jugés évitables ou sous leur contrôle.
    • Des comportements, des habitudes de vie, des conditions de vie ou d’autres caractéristiques personnelles se trouvent accolés à une évaluation morale renvoyant à de « bonnes » ou de « mauvaises » maladies, de « bons » ou de « mauvais » malades. Ces personnes sont considérées comme responsables et blâmées pour le risque à leur santé et, le cas échéant, pour le risque auquel elles exposent d’autres personnes. Les personnes visées voient leur identité altérée et, à l’extrême, réduite à ce problème de santé...
  • 8 février 2018

    Cette étude populationnelle donne un aperçu de l’ampleur de la polyarthrite rhumatoïde dans la population québécoise. Au Québec, on estime que près de 59 000 Québécois de 20 ans et plus en sont atteints, avec environ 4 700 nouveaux diagnostics en 2014- 2015. Cette affectation est légèrement plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. L’étude met en évidence une augmentation de la prévalence de cette maladie chronique ainsi qu’une légère surmortalité des individus affectés. Le groupe d’âge des 20-29 ans présente 2 fois plus de cas en 2014- 2015 comparativement à 2001-2002.

    Ces informations permettront de suivre l’évolution de ce problème de santé au Québec. Elles aideront à mieux comprendre le fardeau qu’il représente pour les individus, les ressources médicales et...

  • 7 février 2018

    Le présent document passe en revue les législations environnementales de différentes juridictions pour déterminer si l’amiante y est qualifié de matière dangereuse et en quoi ces législations se comparent à celles du Québec. Les législations étudiées incluent celles du gouvernement fédéral et de toutes les provinces et territoires du Canada, celles du gouvernement fédéral et de quatre États américains, soit la Californie, le Maine, le Montana et le Vermont, ainsi que celles de l’Union européenne.

    L’amiante en tant que matière dangereuse

    Au Canada, les législations fédérales et celles de trois provinces considèrent l’amiante comme une matière dangereuse, un polluant, un contaminant ou une substance toxique. Au Québec, l’amiante est nommément exclu du...

  • 5 février 2018

    Les dossiers médicaux de 123 travailleurs ayant soumis une réclamation à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pour une condition reliée à l’exposition au béryllium entre le 1er janvier 1999 et le 31 décembre 2011 ont été analysés. Trois formes distinctes de conditions reliées au béryllium ont été étudiées, soit : la sensibilisation au béryllium, la bérylliose chronique asymptomatique et la bérylliose chronique.

    Parallèlement à l’analyse des dossiers médicaux, les données concernant la profession et le secteur d’activité économique ont été extraites du Fichier des lésions professionnelles de la CNESST.

    L’analyse des dossiers médicaux a permis de faire les constatations suivantes :

    • Plus de la moitié des...
  • 5 février 2018

    Le présent rapport fait état des accidents qui sont survenus entre le 1er janvier et le 31 décembre 2015 et qui ont été signalés au Système d’hémovigilance du Québec. Il présente les nombres et les taux d’incidence des réactions transfusionnelles associées aux produits labiles et à certains produits stables ainsi que l’analyse des tendances des taux de réactions transfusionnelles au cours de la période 2000 à 2015. Les observations pertinentes sont illustrées dans les divers tableaux et figures ci-joints.

    Un accident transfusionnel est soit une erreur de procédure ou de produit administré qui a été décelée après le début d’une transfusion, soit une réaction indésirable reconnue chez un receveur. Les déclarations d’accidents sont saisies par l’intermédiaire de l’application...

S'abonner à Nouvelles publications