Articles de

Le 13 février, l'INSPQ présentait son mémoire dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi no 165, Loi modifiant le Code de la Sécurité routière et d’autres dispositions.

Ce projet de loi introduit de nouvelles dispositions susceptibles de participer à l’amélioration du bilan routier. Si l’INSPQ accueille favorablement l’ensemble des mesures analysées dans le présent mémoire, il semble par ailleurs souhaitable de les bonifier afin d’étendre leur portée par rapport à la clientèle ciblée, de favoriser leur application ou leur efficacité et d’informer la population sur les risques associés aux comportements qu’elles visent. Voici, en résumé, les actions sur lesquelles il invite le Ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports à se pencher :

Abaisser la limite de vitesse en zones scolaires à 30 km/h

L’INSPQ appuie l’article 143, mais recommande par ailleurs d’encourager et de soutenir les municipalités afin de fixer une limite de vitesse permise de 30 km/h en zones scolaires partout où cela est envisageable.

Accorder une place plus importante aux piétons et aux cyclistes sur le réseau routier

L’INSPQ appuie l’article 126, mais propose que l’aménagement de vélorues et de rues partagées au Québec soit fait avec un encadrement rigoureux, car ces concepts d’aménagements introduisent de nouveaux paradigmes dans la gestion de la circulation.

Cinémomètres photographiques et caméras de surveillance aux feux rouges : des dispositifs à déployer plus largement

L’INSPQ appuie les articles du projet de loi relatifs aux cinémomètres photographiques (articles 75 et 156) et aux caméras de surveillance aux feux rouges (articles 83 et 156) et recommande de déployer plus largement ces deux types d’appareils au Québec.

L’antidémarreur éthylométrique comme mesure efficace chez les contrevenants primaires et les récidivistes de l’alcool au volant

L’INSPQ appuie l’article 18 du projet de loi, mais recommande par ailleurs que toute personne arrêtée pour une première infraction de conduite avec les facultés affaiblies fasse l’objet d’une évaluation du risque de récidive à l’aide des meilleurs outils disponibles; que l’antidémarreur éthylométrique soit imposé si, à la suite de cette évaluation du risque, des doutes existent quant à la capacité du conducteur à dissocier la conduite sécuritaire d’un véhicule et la consommation d’alcool ou de drogue; et que cette imposition soit maintenue jusqu’à ce qu’une évaluation indique que le conducteur est en mesure de dissocier la consommation d’alcool et la conduite sécuritaire d’un véhicule.

Abaissement du taux d’alcoolémie à 50 mg/100 ml

L’INSPQ recommande d’ajouter au projet de loi l’abaissement du taux d’alcoolémie à 50 mg/100 ml. Cette mesure est reconnue efficace et elle est appliquée dans toutes les provinces canadiennes sauf au Québec.

Couvre-feu et limite du nombre de passagers

Le projet de loi propose deux mesures concernant les nouveaux conducteurs. Prévue à l’article 21, la première mesure vise à instaurer un couvre-feu de minuit à 5 heures pour les titulaires d’un permis d’apprenti-conducteur d’un véhicule de promenade. Quant à la deuxième mesure, introduite à l’article 22, elle limite le nombre de passagers que le titulaire d’un permis probatoire de véhicule de promenade âgé de 19 ans ou moins pourrait transporter entre minuit et 5 heures, durant les 12 premiers mois. L’INSPQ appuie l’adoption des articles proposés.

Cellulaire au volant et autres types d’appareils électroniques à éviter en toutes circonstances en conduisant

L’INSPQ appuie l’article 112, et pour en favoriser un impact plus grand, recommande que les activités de renforcement menées par les policiers soient suffisantes pour entraîner chez les conducteurs et les cyclistes une perception que le risque d’être arrêté est élevé en cas d’infraction.

Siège d’appoint pour enfant : prolonger son utilisation aussi longtemps que nécessaire

L’INSPQ recommande, afin de protéger un plus grand nombre d’enfants, de modifier l’article 96 en éliminant le critère de l’âge pour ne retenir que celui de la taille avec une limite fixée à 145 cm ou d’opter, si le critère d’âge est retenu, pour une limite d’âge supérieure à neuf ans afin de protéger un plus grand nombre d’enfants.


Consultez le mémoire ici : https://www.inspq.qc.ca/publications/2349

Consultez la présentation de l'INSPQ en commission parlementaire ici : http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/travaux-commissions/AudioVideo-75361.html

Catégories: 

À l'occasion de la Semaine nationale de prévention du suicide qui se déroule du 4 au 8 février et afin de soutenir la prise de décision liée à la planification et à la réalisation des politiques en prévention du suicide, l’Institut national de santé publique du Québec publie les données les plus récentes sur le suicide au Québec.

Ce rapport a principalement pour objectifs de :

  • dresser un portrait général de la situation des suicides au Québec et présenter les plus récentes données disponibles;
  • analyser les tendances temporelles et les variations des suicides selon le sexe, l’âge et les régions sociosanitaires;
  • examiner les moyens utilisés pour s’enlever la vie;
  • situer le suicide au Québec par rapport aux provinces canadiennes et 12 pays membres de l’OCDE.

Faits saillants

Voici quelques faits saillants de ce rapport.

  • Le taux de suicide était de 13,2 par 100 000 personnes en 2015.
  • 1128 suicides ont été enregistrés en 2015, selon les données provisoires disponibles.
  • Le risque de suicide est presque 3 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes.
  • Pour la période de 2013-2015, les taux de suicide pour les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, de Chaudière-Appalaches, de la Mauricie et Centre-du- Québec et la Capitale-Nationale étaient significativement plus élevés que ceux du reste du Québec, alors que ceux de Laval et de Montréal étaient significativement inférieurs.
  • Le taux de suicide augmente avec l'âge, atteint son maximum entre 45 et 64 ans et diminue par la suite.

 

Tous les détails et d'autres statistiques importantes dans le rapport complet, La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2015 – Mise à jour 2018 https://www.inspq.qc.ca/publications/2345

Catégories: 

Le 30 janvier dernier, le Conseil des ministres a procédé à la nomination de Dre Nicole Damestoy pour un nouveau mandat à titre de présidente-directrice générale de l’Institut national de santé publique du Québec. Cette nomination lui permettra de poursuivre le travail engagé au cours des trois dernières années avec toute l’équipe de l’Institut.

La solide réputation et la reconnaissance dont jouit l’Institut, sous le leadership de Dre Damestoy, dans le réseau de la santé publique et auprès de ses nombreux partenaires suggère fortement que l'organisation continuera d’être au cœur même de l’atteinte des objectifs de santé publique au Québec.

Communiqué officiel : http://www.premier.gouv.qc.ca/actualites/communiques/details.asp?idCommunique=3342

Catégories: 

L’édition papier 2018 du guide Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans est disponible pour diffusion auprès des parents. Réalisé avec la contribution de plusieurs experts, ce guide est principalement une réimpression de l’édition précédente. Il comprend cependant quelques changements et ajouts, dans un souci de rester près des préoccupations des parents et des consensus de pratique en périnatalité.

Nouveautés 2018

Parmi les changement aportés à cette édition, l'information quant à la sécurité de l'enfant en voiture en lien avec les coussins gonflables a été ajustée, en accord avec les normes de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ). De plus, une section sur le virus Zika a été ajoutée pour les parents qui désirent concevoir un enfant et planifier un voyage à l’étranger.

À venir

Une refonte plus substantielle est prévue pour 2019 et touchera les sections Grossesse et Accouchement. Puisque les parents sont consultés à toutes les étapes du processus de production du guide, ils sont invités dès maintenant à répondre à un court sondage en ligne qui saura orienter l'équipe de rédaction. Par ailleurs, selon un sondage réalisé en 2015, les parents apprécient le guide pour la crédibilité et la qualité de l’information qu’ils y trouvent, de même que pour la clarté des messages diffusés.

Imprimé en 110 000 exemplaires, autant en français qu’en anglais, le guide est remis gratuitement à tous les nouveaux parents en début du suivi de grossesse ou pendant le processus d’adoption de l’enfant. Il est également désormais possible de le consulter en ligne, en format HTML. https://www.inspq.qc.ca/mieux-vivre

Catégories: 

L’INSPQ accueille favorablement le projet de loi no 157 sur l’encadrement du cannabis. Dans son mémoire présenté hier dans le cadre des consultations particulières, il estime que la création de la Société québécoise du cannabis (SQC), qui agira comme monopole d’achat, est le meilleur rempart contre des avenues commerciales contraires aux objectifs de santé publique priorisés par le projet de loi.

Il exprime toutefois quelques réserves sur certains articles et règlements qui pourraient ouvrir la porte à une possible commercialisation du cannabis non médical et à un glissement vers une logique à but lucratif.

En cela, il suggère que soient clarifiées, notamment la mise en place de projets pilotes, la promotion la publicité et l’emballage, la vente directe de cannabis par un producteur à une autre personne que la SQC, ainsi que la mise en marché de produits de cannabis comestibles.

Selon l'INSPQ, plusieurs autres éléments méritent d’être précisés davantage dans le projet de loi, dont notamment :

  • la vente du cannabis médical afin qu’elle soit assujettie aux mêmes normes que le cannabis non médical;
  • les types de produits vendus au moment de l’adoption de la loi;
  • le système de contrôle de la qualité;
  • les dispositions en matière de sécurité routière.

L’expertise de l’INSPQ dans le dossier du cannabis s’appuie sur ses activités de surveillance, de toxicologie ainsi que de promotion de la santé et de prévention. Elle s’est également construite à partir des expertises développées en matière de réglementation de l’alcool et du tabac, en réduction des méfaits associés aux substances psychoactives illicites, ainsi qu’en développement de politiques publiques favorables à la santé. Les expériences des juridictions ayant déjà légalisé le cannabis médical et non médical ont également servi à documenter son mémoire.


Mémoire déposé à la Commission de la santé et des services sociaux : www.inspq.qc.ca/publications/2339

Allocution du 17 janvier 2018 : http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/travaux-commissions/AudioVideo-75069.html

Dossier Web approfondi sur le cannabis : www.inspq.qc.ca/dossiers/cannabis

Catégories: 

L'appel de propositions pour les 22es JASP a été prolongé jusqu’au mardi 16 janvier. 

Le comité scientifique des Journées annuelles de santé publique (JASP) est à la recherche de nouvelles propositions d'activités de formation pour les JASP 2018 qui se tiendront les 4 et 5 décembre 2018 à l'Hôtel Bonaventure de Montréal.

Les thématiques recherchées touchent les sujets prioritaires d'intervention, les enjeux émergents nécessitant un éveil scientifique ou l'acquisition d'habiletés et de compétences dans les grands domaines et fonctions de santé publique.Il est possible de proposer une activité de formation sous les formats de journée thématique, de demi-journée thématique, d'atelier méthodologique ou de laboratoire d'idées. Visant l'amélioration de la santé et du bien-être des populations, les JASP procurent un terreau fertile à la mise à jour des connaissances, au développement des compétences et à l'innovation dans les pratiques.

Les JASP représentent le plus grand forum francophone de formation continue en santé publique au pays.

L'édition 2018 poursuivra sur sa lancée d'ouverture vers les différents secteurs d'activités partenaires. N'hésitez pas à partager l'appel autour de vous!

Consultez l’appel de proposition  : https://www.inspq.qc.ca/jasp/appel-2018

Catégories: 

Depuis maintenant deux ans, l’Observatoire multipartite québécois sur les zoonoses et l’adaptation aux changements climatiques guette les problématiques de santé publique reliées aux zoonoses (maladies et infections se transmettant des animaux à l'homme) permet de soutenir la gestion des risques qui y sont associés.

Le Québec doit s’adapter aux changements climatiques afin de réduire la vulnérabilité de la population face aux impacts de ces changements sur la santé. Il s’inscrit en ce sens dans les actions du Plan d’action sur les changements climatiques 2013-2020, financé par le Fonds Vert.

L'Observatoire soulève ces questions :

  • De quelle façon les changements climatiques influenceront les zoonoses?
  • Quelles sont les interventions nécessaires à mettre en place pour protéger la santé de la population?
  • Est-il possible de voir venir l’émergence de zoonoses ou de problématiques associées?

Quelques réalisations de l’Observatoire depuis décembre 2015

Publication de bulletins

Demi-journée scientifique aux Journées annuelles de santé publique 2016

Journée de formation au symposium Adaptation Canada 2016, en collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada

Publication de fiches thématiques sur plusieurs zoonoses d’importance au Québec, mettant en relation le fardeau associé en santé publique et en santé animale selon une approche Une Seule Santé

L’Institut national de santé publique du Québec et l’Université de Montréal qui coordonnent cet espace de partage des savoirs et de concertation entre décideurs et scientifiques souhaitent profiter de cette occasion pour remercier les membres et collaborateurs qui font de l’Observatoire une structure novatrice depuis maintenant 2 ans.

Consultez la page Web de l’Observatoire pour être au fait des webinaires à venir et avoir accès à l’ensemble des bulletins.

Catégories: 

À l’occasion du Sommet sur l’alimentation, l’INSPQ rappelle les enjeux importants de santé à considérer dans l’élaboration de la future politique bioalimentaire québécoise, prévue au printemps 2018. Il formule des constats et des recommandations à la lumière des nouvelles connaissances scientifiques et développements dans le domaine bioalimentaire.

Soutenir une politique facilitant des choix sains

Les politiques publiques touchant la production agricole, la transformation et la distribution peuvent contribuer à créer des environnements favorables à une saine alimentation. À cet effet, les actions suivantes sont à viser :

  • Mener une réflexion afin d’identifier quelles politiques contribueraient à renforcer la diversification de la production et les marchés locaux d’aliments nutritifs.
  • Développer et mettre en œuvre des cibles de reformulation des aliments transformés, c’est-à-dire des objectifs chiffrés d’amélioration de la composition nutritionnelle des aliments (sodium, gras trans, gras saturés, sucres).
  • Promouvoir les marchés publics et autres circuits courts pour favoriser une meilleure alimentation, notamment une plus grande consommation de fruits et légumes.

Limiter les risques associés à la présence de résidus de pesticides dans les aliments

Afin de limiter la présence de pesticides dans les aliments, de favoriser une offre d’aliments sécuritaires et d’obtenir les données pertinentes, il est recommandé de :

  • Renforcer le programme québécois de surveillance des résidus de pesticides dans les aliments.
  • Améliorer la diffusion de l’information sur les résidus de pesticides dans les aliments.
  • Déployer des efforts supplémentaires pour promouvoir, auprès des producteurs agricoles, les outils d’aide à la décision développés pour faciliter la substitution des pesticides les plus toxiques par des produits à moindre risque.
  • Déployer des efforts supplémentaires pour faciliter l’imprégnation de la gestion intégrée des ennemis des cultures comme approche de gestion agricole au Québec.

Réduire l’impact sur les changements climatiques

Certaines mesures et actions peuvent contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, lesquels sont responsables de la transformation du climat :

  • Viser la réduction de la consommation de protéines animales par le développement de recommandations nutritionnelles en ce sens.
  • Promouvoir l’achat local et les circuits courts de mise en marché, soit les marchés publics, l’agriculture soutenue par la communauté et l’agriculture urbaine, afin de réduire le transport des produits alimentaires.
  • Favoriser l’agriculture urbaine qui, en plus d’accroître l’offre alimentaire de proximité, représente souvent un mode de culture sans pesticides et comporte d’autres impacts favorables à la santé.

Consultez notre document détaillé ici : https://www.inspq.qc.ca/publications/2326

Catégories: 

Quels sont les enjeux éthiques rencontrés par les acteurs de santé publique lorsqu'ils abordent des questions d'équité dans leur pratique? Comment naviguer à travers ces enjeux dans les organisations de santé?

Anne Guichard, professeure adjointe en santé publique à la Faculté des sciences infirmières de l'Université Laval, partagera les réflexions tirées du projet de recherche Equity Lens in Public Health (ELPH) dans un webinaire, le 28 novrembre 2017, de 13 h à 14 h 30. Ce sera l'occasion pour les participants d'approfondir leurs connaissances à propos des enjeux éthiques de santé publique, des stratégies et des ressources disponibles pour les aborder.Ce webinaire est aussi disponible en anglais.

Toutes les informations peuvent être consultées ici : http://www.ccnpps.ca/81/Presentations.ccnpps?id_article=1717

Catégories: 

Ne tardez pas et inscrivez-vous! Les tarifs préférentiels d'inscription aux 21es Journées annuelles de santé publique (JASP) sont prolongés jusqu’au 30 octobre 2017. Après cette date, il sera toujours possible de s'inscrire en ligne, mais au tarif régulier.

Les JASP se tiendront les 5 et 6 décembre 2017, à Québec.

Pour vous inscrire : www.inspq.qc.ca/jasp/formulaire-d-inscription

Les conférences plénières 2017

Le 5 décembre 2017, la conférence plénière portera sur Le rapport de confiance entre citoyens et experts, et sera prononcée par Frédéric Bouchard, doyen de la Faculté des arts et des sciences, professeur titulaire au département de philosophie de l'Université de Montréal, ainsi que président de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS).

Le 6 décembre, ce sera Serge Brochu, directeur scientifique de l'Institut universitaire sur les dépendances et professeur émérite à l'école de criminologie de l'Université de Montréal, prononcera la conférence Légalisation du cannabis, vérités et incertitudes.

Découvrez les sujets des communications affichées

Cette année, ce sont 46 communications affichées qui seront présentées. De la périnatalité aux maladies infectieuses, en passant par la nutrition, l'éthique en santé publique et les changements climatiques, il y en a pour tous les domaines d'intérêt. Consultez la liste et le recueil des communications affichées  pour en savoir davantage.  


Grand rendez-vous annuel de formation continue de la santé publique au Québec, les JASP accueillent depuis plus de 20 ans des professionnels, des médecins, des chercheurs, des professeurs, des étudiants, des gestionnaires, des psychologues, des nutritionnistes, des infirmières, des travailleurs sociaux et bien d’autres personnes concernées par la santé et le bien-être de la population. L'événement est constitué de plusieurs colloques scientifiques appelées « journées thématiques » et d'ateliers de formation visant à acquérir des compétences, les « ateliers méthodologiques ».

Catégories: 

Pages