Articles de

L’INSPQ lance une formation en ligne de type MOOC (Massive Open Online Course) sur les changements climatiques et leurs impacts sur la santé humaine. À l’intention des professionnels de la santé et des services sociaux, la formation a comme objectif de stimuler les approches innovantes autour de mesures éprouvées d’adaptation, de prévention et de préparation aux changements climatiques, et ce, afin d’en atténuer les effets sur la santé des populations. Elle sera accessible gratuitement du 18 février au 22 avril 2019.

Un nouveau module sera mis en ligne chaque semaine et les participants pourront échanger avec les formateurs et les autres apprenants grâce aux forums de discussions. Chaque module de formation requiert d’une à trois heures d’implication. Une attestation de réussite sera acheminée à tout participant ayant obtenu une moyenne finale d’au moins 50 % sur l’ensemble des activités. Cette formation s'adresse tant aux médecins qu'au personnel infirmier, pharmaciens, ergothérapeutes, physiothérapeutes, psychologues, travailleurs sociaux et gestionnaires.

Elle comprend six modules traitant des liens entre la santé et le climat :

  • Décès par causes traumatiques et non traumatiques.
  • Impacts cardiovasculaires, respiratoires et rénaux.
  • Impacts neurologiques, psychosociaux et de santé mentale.
  • Effets sanitaires reliés à l’eau et à l’alimentation et aux maladies vectorielles et cumul de ces impacts pour certaines populations vulnérables.

Des impacts multiples et peu connus

Selon l'Organisation mondiale de la santé, 23 % des décès dans le monde sont associés à l’environnement. « Lorsqu’on parle des changements climatiques, on discute peu des importantes répercussions sur la santé, les services de santé et les services sociaux », constate Céline Campagna, l’une des auteurs de la formation et responsable du programme Climat et santé à l’INSPQ. Plusieurs médecins et professionnels de la santé ignorent ces conséquences. » D’ailleurs, une étude menée en 2013 au Québec auprès des omnipraticiens a révélé que ces derniers avaient une faible littératie écomédicale et 65 % ont estimé que leur formation en médecine ne les préparait pas à faire face aux enjeux climatiques dans leur pratique.

Une formation... et un livre!

Certains contenus de cette formation se retrouvent aussi dans un livre publié aux Presses de l’Université Laval intitulé Changements climatiques et santé. Prévenir, soigner et s'adapter. Les participants à la formation auront accès gratuitement à la version PDF du livre. L’ouvrage sera disponible en librairie à compter du 20 février 2019.

Ce projet est financé en partie par le Fonds vert dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec. Le consortium Ouranos, le ministère de la Santé et des Services sociaux, Santé Canada et l’Institut national de la recherche scientifique y contribuent également.

Pour vous inscrire gratuitement, c'est ici : https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:inspq+117001+session01/about

Pour plus d’information : monclimatmasante@inspq.qc.ca

La formation débutera le 18 février et se terminera le 22 avril prochain.

Catégories: 

Le traitement médiatique des tueries de masse constitue un processus délicat, mais nécessaire pour tout citoyen ayant droit à une information de qualité. Lorsqu’une tuerie survient, son importante couverture médiatique fait en sorte qu’elle se retrouve dans le quotidien des gens et possiblement au centre de leurs préoccupations. Cette médiatisation, comme le démontrent de nombreuses études, comporte des conséquences pour la santé des individus et des communautés. La couverture d’un tel événement et la construction de ce type de nouvelle comme produit médiatique devraient dès lors être faites à la lumière de ces répercussions.

À la suite de la tuerie à la grande mosquée de Québec en 2017, nous nous sommes penchés sur la médiatisation d'événements de ce type et sur les répercussions que cette médiatisation peut engendrer sur la santé de la population. Ce mandat a permis de développer un outil destiné aux professionnels des médias d’information. Avec cet outil, l’INSPQ aborde plusieurs aspects des tueries de masse et de leur traitement médiatique : définition du concept, ampleur au Canada, mesures préventives existantes et enjeux de santé publique associés à la couverture médiatique de ces événements, etc. De plus, à la lumière des études sur le sujet, il rend compte des conséquences pour la santé que peut avoir la médiatisation des tueries de masse. Ces conséquences sont liées au risque de contagion et d’imitation de ce type de crime, aux sentiments d’insécurité et de détresse que la médiatisation peut provoquer chez certains individus, de même qu’à la stigmatisation de certains groupes de personnes comme les individus souffrant de troubles mentaux. L’outil traite également de la santé des journalistes affectés à la couverture de ces événements et des conséquences liées aux interactions entre les médias et les communautés touchées, notamment les témoins, les victimes, les survivantes et les survivants. Finalement, des pistes visant à soutenir les journalistes dans la couverture de ces crimes sont formulées. Par exemple, il est important de : relativiser l’ampleur des tueries de masse et de rendre compte de la complexité du phénomène en mettant l’accent sur le fait qu’elles sont multifactorielles; privilégier l’utilisation d’un vocabulaire neutre et sans équivoque pour décrire l’événement et le profil de son auteur; favoriser le recours à des sources officielles et à des experts pour commenter les tueries de masse afin de limiter le recours aux témoins et aux proches des victimes pour obtenir des renseignements sur l’événement.

Consultez l'outil ici : https://www.inspq.qc.ca/publications/2493

Catégories: 

Le Portail d’information périnatale est un outil d’information destiné aux intervenants et professionnels œuvrant en périnatalité. Ses principaux objectifs sont d'harmoniser l’information transmise par TOUS les professionnels et intervenants en périnatalité et de faciliter le travail de préparation de l’information pour les suivis individuels et les rencontres prénatales de groupe.

Les personnes suivantes sont invitées à participer à cette nouvelle consultation :

  1. Intervenants et professionnels en périnatalité qui transmettent de l’information aux parents (que vous soyez infirmière, médecin, sage-femme, accompagnante à la naissance, nutritionniste/diététiste, travailleur social, psychologue, pharmacien, physiothérapeute, professeur de yoga, d'aquaforme, etc.; que votre lieu de travail soit un CLSC, un centre hospitalier, une clinique médicale, un bureau privé, une maison de naissance, un organisme communautaire, d’économie sociale, etc.);
  2. Cadres ou gestionnaires dans les équipes de périnatalité;
  3. Professionnels en soutien aux équipes de périnatalité;
  4. Professionnels des directions de santé publique qui travaillent sur un dossier en périnatalité.

Les réponses permettront de bonifier le Portail pour mieux répondre aux besoins des intervenants et des professionnels en périnatalité. Les répondants pourront remplir le questionnaire de façon anonyme.

Voici le lien vers la consultation en ligne : https://na1se.voxco.com/SE/100/PortailInfoPerinatale/

Nous vous invitons à faire circuler largement cette invitation afin d’obtenir le plus grand nombre possible de répondants d’ici le 10 février 2019. Nous remercions toutes les personnes qui prendront le temps de faire suivre cette invitation dans leurs réseaux et de répondre aux différentes questions de cette consultation (choix multiples ou à court développement). Le temps nécessaire pour répondre est d’environ 15 minutes.

Pour toutes questions ou commentaires, veuillez contacter Pascale Turcotte conseillère scientifique au dossier : 514 864-1600, poste 3573 ou pascale.turcotte@inspq.qc.ca

Catégories: 

Le comité scientifique des Journées annuelles de santé publique (JASP) est à la recherche de nouvelles propositions d'activités de formation pour les JASP 2019 qui se tiendront du 27 au 29 novembre 2019 à l'Hôtel Bonaventure de Montréal. Ne manquez pas cette occasion de faire partie de la programmation de ce grand rendez-vous annuel de formation continue en santé publique!

Les thématiques recherchées touchent les sujets prioritaires d'intervention, les enjeux émergents nécessitant un éveil scientifique ou l'acquisition d'habiletés et de compétences dans les grands domaines et fonctions de santé publique. Il est possible de proposer une activité de formation sous les formats de journée thématique, de demi-journée thématique, d'atelier méthodologique ou de laboratoire d'idées.

N’hésitez pas à partager largement l’appel dans vos réseaux! Attention, cette année il n’y aura pas de prolongation à l’appel.

Détails et formulaire de soumission : https://www.inspq.qc.ca/jasp/appel-2019.

Catégories: 

Le Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé (CCNPPS) a récemment mis à jour son Profil structurel de la santé publique au Canada.

La structure de la santé publique au Canada est complexe. En effet, le gouvernement fédéral, les dix provinces et les trois territoires ont tous des structures différentes. Cette ressource, conçue sous forme de tableau comparatif, présente comment les responsabilités de santé publique sont réparties au sein de chacune des juridictions. Le profil présente les organisations de santé publique aux paliers fédéral, provincial, territorial et régional, ainsi que les réformes marquantes relativement à la structure de santé publique actuelle.

Consultez le tableau ici : http://www.ccnpps.ca/712/profil-structurel-de-la-sante-publique-au-canada.ccnpps

Catégories: 

C'est avec une immense fierté que nous soulignons la nomination de Dr Michel Vézina comme professeur émérite de l'Université Laval. Le titre de professeur émérite est la plus haute reconnaissance que l'Université Laval peut accorder à un membre du corps professoral et le 4 décembre dernier, le Conseil universitaire tenait à souligner la carrière remarquable et l'engagement soutenu de Dr Vézina dans la communauté scientifique.

Le Dr Michel Vézina est médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive et professeur retraité. Directeur du département de santé communautaire du CHUL de 1984 à 1992, il a ensuite été directeur de la santé publique de la Capitale-Nationale de 1984 à 2000 et occupe depuis les années 2000 un poste de médecin-conseil dans l'unité scientifique en santé au travail de l'Institut national de santé publique du Québec.

Dr Vézina est reconnu internationalement dans le domaine de la santé mentale au travail et des maladies cardio-vasculaires d'origine professionnelle, des risques psychosociaux du travail et de la prévention du harcèlement psychologique au travail. Ses réalisations visent à démontrer que la santé au travail est un enjeu de santé publique qui va bien au-delà de celui de la prévention des lésions professionnelles indemnisées ou indemnisables et que les conditions organisationnelles et sociales du travail peuvent être source d'inégalités de santé. Responsable de plusieurs groupes de recherche au fil du temps, il est actuellement responsable du Groupe scientifique sur l'impact des conditions et de l'organisation du travail sur la santé (GISCOTS) de l'INSPQ, groupe réunissant des chercheurs de différentes universités du Québec et des ressources-conseils en santé publique et intervenants du réseau de santé publique en santé au travail.

Sa fonction de président du Bureau de direction de l'enquête Santé-Québec de 1989 à 1998 lui a permis d'intégrer des préoccupations concernant la santé au travail dans les enquêtes nationales sur la santé des populations. Il a été responsable de l'enquête québécoise sur les conditions de travail d'emploi, de santé et de sécurité du travail (EQCOTESST) de 2006 à 2011 et il travaille sur différentes enquêtes sur le sujet en France et au Québec. Ayant contribué activement à l'élaboration de la Norme québécoise sur la prévention, la promotion et les pratiques organisationnelles favorables à la santé en milieu de travail du Bureau de normalisation du Québec (BNQ 9700-800/2008) et de la Norme canadienne sur la santé et la sécurité psychologique du travail (CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013), il travaille actuellement à leur révision.

Félicitations à Dr Vézina pour cette reconnaissance de la communauté universitaire pleinement méritée!

Consultez la liste de nos publications pour lesquelles Dr Vézina a contribué : https://www.inspq.qc.ca/publications/auteurs/michel-vezina

Catégories: 

L'INSPQ s'est vu décerner le prix Innovation lors du Gala d'excellence de l'Association québécoise pour l'évaluation d'impacts (AQÉI) tenu à Montréal le 29 novembre dernier pour la réalisation de la Boîte à outils en évaluation environnementale pour le Québec méridional. Coordonné par Emmanuelle Bouchard-Bastien, conseillère scientifique à l'Unité Santé et environnement – prévention de l'INSPQ, et appuyé par un comité d'utilisateurs, ce produit est conçu pour accompagner les Directions régionales de santé publique dans l'analyse des projets soumis à la procédure d'évaluation et d'examen des impacts sur l'environnement.

Toutes nos félicitations à Emmanuelle et à son équipe!

Catégories: 

Mathieu Valcke, conseiller scientifique spécialisé travaillant dans l'Unité Santé et environnement – Protection à l'INSPQ sera l'un des deux éditeurs associés de l'Amérique du Nord pour la revue Regulatory Toxicology and Pharmacology. Il agira à ce titre à compter du mois de janvier 2019, durant 3 ans.

Publiée par Elsevier au nom de l'International Society for Regulatory Toxicology and Pharmacology, cette revue savante couvre les aspects scientifiques spécifiquement reliés aux processus de référence et de réglementation toxicologiques et pharmacologiques. Il s'agit d'une revue révisée par les pairs.

De plus, cette revue est en libre accès sur le site ScienceDirect : https://www.sciencedirect.com/journal/regulatory-toxicology-and-pharmacology

Catégories: 

En cette Journée mondiale du diabète, le Comité scientifique sur la prévention de l’obésité de l’INSPQ met en ligne un nouvel outil pour mieux comprendre la progression de l’obésité au Québec. Grâce à une ligne du temps, il est possible de remonter le fil des événements et d’assister aux changements qui ont mené à cette épidémie, très liée au diabète de type 2.

Depuis les années 1970, l’étalement urbain, le recours accru à l’automobile, la restauration rapide ainsi que les emplois et les loisirs sédentaires, ont notamment rendu nos environnements moins propices à l’activité physique et à la saine alimentation. Ici comme ailleurs, les conséquences de ces changements pour la santé ont pris la forme, entre autres, d’une croissance de l’obésité et par le fait même des cas de diabète de type 2.

Quelques explications et constats

  • Entre 1978 et 2013, la proportion des ménages québécois qui ont deux voitures est passée de 16 % à 36 %.
  • De nos jours, 20 % des emplois demandent un niveau d’activité physique modéré, alors qu’en 1961 c’était presque la moitié des emplois.
  • La restauration rapide est devenue omniprésente. En 2014, le Québec comptait 8 000 établissements de ce type.
  • On retrouve des portions de plus en plus grandes dans les restaurants.
  • Si on examine les sites Internet les plus fréquentés par les enfants canadiens, on remarque que non seulement les publicités alimentaires sont très nombreuses (54 millions sur 1 an), mais aussi que 90 % de ces publicités concerne des aliments de haute teneur en sucres, sodium ou gras saturés.
  • L’avènement d’Internet et des réseaux sociaux et leur croissante popularité nous incitent à des loisirs sédentaires.
  • Les coûts associés à l’obésité au Québec s’élevaient à près de 3 milliards de dollars par année en 2011.

Des conséquences néfastes pour la santé

« En 1978, on évaluait à 14 % la proportion d’adultes aux prises avec un problème d’obésité, alors que chez les jeunes de 6 à 17 ans, seulement 2 % étaient obèses, souligne Chantal Blouin, chercheuse à l’INSPQ. Trente ans plus tard, ce taux atteint 23 % chez les adultes et presque 10 % chez les enfants. » À partir des années 1980, des médecins ont commencé à voir des cas de diabète de type 2 chez les enfants. Plus de 100 enfants canadiens reçoivent un tel diagnostic chaque année. Finalement, de nos jours, 600 000 Québécoises et Québécois vivent avec le diabète.

À l’échelle internationale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sonne l’alarme pour une première fois en 1997. Elle souligne déjà que pour prévenir l’obésité, il faut agir sur l’ensemble des secteurs de la société. En 2016, 13 % des adultes dans le monde sont obèses, c’est trois fois plus qu’en 1975. Si la tendance se poursuit, d’ici 2022, le nombre de jeunes obèses dans le monde sera supérieur à celui des enfants souffrant d’une insuffisance de poids. L’épidémie est mondiale, observe l’OMS, aucun pays n’a encore réussi à l’endiguer.

Malgré tout, dans les régions du Québec, des milliers de personnes et d’organisations sont déjà engagées pour créer des milieux de vie dans lesquels il est plus facile de bien manger et d’être actif. « Ce travail doit se poursuivre et s’intensifier », conclut la ligne du temps.

Le Comité scientifique sur la prévention de l’obésité a été mis sur pied par l’INSPQ en 2013. Il conseille les acteurs du réseau de santé publique dans l’identification et le soutien de mesures visant à rendre nos environnements plus favorables à la saine alimentation et au mode de vie physiquement actif. Il s’agit d’un groupe multidisciplinaire qui regroupe des chercheurs universitaires et des cliniciens.

Pour consulter la ligne de temps et ses nombreuses références : https://www.inspq.qc.ca/la-montee-de-l-obesite-au-quebec

Catégories: 

Le Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé (CCNPPS) a mis à jour son répertoire des stratégies en santé mentale au Canada. Ce répertoire vise à présenter ce qui se développe en matière de santé mentale des populations au pays en offrant un aperçu des stratégies de santé mentale, de mieux-être et d'autres stratégies connexes par le biais de tableaux comparatifs et de résumés, en mettant l'accent sur la promotion de la santé mentale et la prévention des troubles mentaux.

Pour consulter le répertoire, cliquez ici : http://www.ncchpp.ca/551/Publications.ccnpps?id_article=1906

Catégories: 

Pages