Articles de

Œuvrant au sein du Comité d'éthique de santé publique à titre de conseiller et au sein de l'Institut depuis 2010, Michel Désy a récemment été nommé comme membre de la Commission de l’éthique en science et en technologie, par le Conseil des ministres, le17 janvier dernier.

Monsieur Désy possède un Ph.D. en philosophie de l'Université de Montréal (philosophie), spécialisé en éthique de la santé publique appliquée à la question de la diversité culturelle. Une partie de son Ph.D. a été complétée au Research School of Social Science de l'Australian National University. Il a aussi complété un stage postdoctoral au Centre de recherche en éthique de l'Université de Montréal sur l'éthique et l'impact des politiques publiques de la santé. Grâce à son expertise mise à profit au sein de cette Commission, M. Désy contribuera à conseiller la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, en intégrant des dimensions éthiques et sociales du développement de la science et de la technologie aux réflexions nécessaires à la prise de décision.

Catégories: 

Dans l’optique de rendre accessible à un large public les principales données sur l’état de santé au Québec, Santéscope mise sur de l’information synthétisée et adaptée.

Les indicateurs sont sélectionnés pour souligner la diversité des facettes de la santé. Pour chaque indicateur, il est possible de repérer facilement l’essentiel de l’information sur la situation au Québec et son évolution dans le temps, la comparaison entre le milieu rural et le milieu urbain et la comparaison avec les données canadiennes, américaines et internationales. De plus, un tableau de bord résumant le positionnement du Québec dans le monde met en évidence les indicateurs de l’état de santé pour lesquels le rendement est plus ou moins favorable. À ces produits, s’ajoutent finalement des analyses vulgarisées sur des sujets variés de santé publique ainsi que des outils et données permettant l’utilisation de l’indice de défavorisation.

Le contenu de Santéscope continuera de s’enrichir, consultez-le souvent!

Pour découvrir ou redécouvrir Santéscope : www.inspq.qc.ca/santescope

Catégories: 

En cette Journée mondiale du sida 2016, nous vous présentons le Rapport annuel 2015 du Programme de surveillance de l’infection par le VIH au Québec.

Quelques faits saillants

  • Parmi les 299 nouveaux diagnostics de VIH détectés cette année au Québec, 83,3 % sont des hommes dont les trois quarts sont des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH). Les HARSAH représentent plus de la moitié de l’ensemble des nouveaux diagnostics depuis 2002.
  • L’origine de pays où le VIH est endémique domine chez les femmes, dont 46 % sont dans cette catégorie d’exposition.
  • La tendance globale des nouveaux diagnostics est à la baisse. La diminution du nombre des nouveaux diagnostics est plus importante chez les utilisateurs de drogues par injection (UDI), comparativement aux autres groupes de population à risque.
  • La proportion qui n’avait jamais eu de test de détection du virus auparavant est relativement élevée (> 60 %) parmi les nouveaux diagnostics rapportés pour les UDI et les immigrants de pays endémiques, comparativement aux HARSAH (31,4 %).
  • Le dépistage est encore tardif pour un nombre relativement élevé de cas.

Le VIH se transmet encore activement au Québec et une proportion relativement élevée de cas est diagnostiquée à un stade avancé de la maladie et ne bénéficie pas d’un traitement précoce.

Cible 90-90-90

Tout cela rappelle l’importance du dépistage du VIH chez les groupes à risque, afin de détecter rapidement de nouvelles infections et de les traiter.

Rappelons l’objectif 90-90-901 de l’ONUSIDA d’ici 2020 pour mettre fin à l’épidémie du VIH :

  • que 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique,
  • que 90 % des personnes se sachant infectées par le VIH reçoivent un traitement antirétroviral,
  • que 90 % des personnes recevant un traitement antirétroviral aient une charge virale indétectable.

190-90-90 : Une cible ambitieuse de traitement pour aider à mettre fin à l’épidémie du sida, ONUSIDA, 2014. http://www.unaids.org/sites/default/files/media_asset/90-90-90_fr.pdf

Document relié

Catégories: 

Issu de la collaboration entre le ministère de la Santé et des Services sociaux et l'INSPQ, ce rapport vise à informer les décideurs, les acteurs du réseau de la santé et des services sociaux, leurs partenaires intersectoriels ainsi que le grand public de l’état de santé de la population québécoise.

Les données que contient ce rapport offrent un tour d’horizon de la situation actuelle. Elles dressent le portrait global de l’état de santé des Québécois, et révèlent que des progrès notables ont été réalisés, entre autres en ce qui a trait au tabagisme, dont la prévalence a chuté de manière appréciable, au bilan routier, qui s’est amélioré, et au taux de suicide, qui a pour sa part reculé de 40 % depuis le sommet atteint en 1999.

Le rapport permet également de mettre en lumière certains défis qui doivent encore être relevés en matière de santé publique. Ces préoccupations concernent notamment le développement global des enfants, le niveau élevé de détresse psychologique chez les travailleurs, l’obésité et certaines infections transmissibles sexuellement et par le sang.

Consultez le rapport ici : Rapport du directeur national de santé publique 2016 – La santé de la population : portrait d'une richesse collective

Catégories: 

Chaque année, on assiste à plus ou moins 28 500 blessures au Canada dans les aires de jeu, majoritairement par chute et par coincement. La norme canadienne définit de quelle manière les aires et équipement de jeu doivent être conçus, installés et entretenus pour être sécuritaires. Cette norme est soumise à la bonne volonté des responsables d'aires de jeu publiques et est une référence au Canada pour les municipalités, les commissions scolaires, les écoles et les services de garde.

Le présent guide, mis à jour et gratuit, a pour but de rendre les aspects techniques de la norme plus faciles à appliquer sur le terrain pour tous les responsables d'aires de jeu publiques. Il contient de nombreuses illustrations, un aide-mémoire, des grilles d’inspection et une grande quantité d’information pratique.

Pour consulter le guide : Guide des aires et des appareils de jeu

Catégories: 

Un système d’information pour soutenir le Programme québécois de dépistage du cancer

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a demandé à ce que soit développé et implanté un système d’information pour soutenir le Programme québécois de dépistage du cancer (SI-PQDC). En collaboration avec la Direction générale de cancérologie, la première phase du projet consiste à assurer la refonte du système de dépistage du cancer du sein (PQDCS), utilisé depuis 1998. Cette nouvelle version sera une application Web performante, adaptable et évolutive, afin de répondre aux besoins émergents. 

Consultez le site suivant pour plus d'information sur le Programme québécois de dépistage du cancer du sein : http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/pqdcs

Un système d’information pour la protection en maladies infectieuses

En septembre 2016, après plus d’une année de travaux, l’INSPQ a apporté une importante mise à jour au Système d’information pour la protection en maladies infectieuses (SI-PMI) un système utilisé pour la gestion des produits immunisants au Québec et qui constitue un registre de vaccination provincial. Les professionnels de la santé y consultent notamment le profil vaccinal d’un usager, y saisissent ses vaccins et y ajoutent d’autres renseignements nécessaires sur le contexte de vaccination. De plus, l'Infocentre de santé publique utilise certaines données issues du registre pour produire des indicateurs pertinents à la prise de décisions en lien avec la vaccination au Québec.

Consultez le site suivant pour plus d'information sur le registre de vaccination du Québec : http://sante.gouv.qc.ca/programmes-et-mesures-daide/registre-de-vaccination-du-quebec/pour-en-savoir-plus

Catégories: 

En 2015-2016, plusieurs grands dossiers ont mobilisé les équipes de l’INSPQ. Notamment, l’Institut a participé à plusieurs audiences publiques gouvernementales et a répondu à des demandes d’expertise formulées par les instances régionales de santé publique. Également, des outils diagnostiques, des recommandations, des guides pratiques pour les analyses de laboratoire et des veilles ont été déployés sur les pathogènes émergents, comme les virus Zika et chikungunya. Enfin, l’obésité, le bruit, la santé et les changements climatiques, la santé buccodentaire et les intoxications volontaires par médicaments sans ordonnance font partie des nombreux enjeux de santé publique qui ont à l’étude cette année.

Consultez le Rapport annuel de gestion 2015-2016.

Catégories: 

Les programmes détaillés des 20es Journées annuelles de santé publique sont en ligne et les inscriptions sont ouvertes! 

Inscrivez-vous avant le 15 octobre 2016 afin de bénéficier du tarif préférentiel. 

Cette année, les JASP proposent dix journées thématiques, cinq demi-journées, deux ateliers méthodologiques et deux laboratoires d’idées, qui portent sur des sujets aussi variés que la légalisation du cannabis, l’amélioration des couvertures vaccinales, la prévention de la violence, les projections de l’état de santé de la population, l’inclusion des aînés, ou encore l’environnement bâti. Vous aurez l’embarras du choix!

Les 20es JASP se tiendront les 21 et 22 novembre 2016 à l’hôtel Bonaventure de Montréal. Elles se dérouleront sous le thème « l’effet multiplicateur – 20 ans d’impact ».

Programmes détaillés et inscription : https://www.inspq.qc.ca/jasp/programmes-scientifiques

Catégories: 

À compter de septembre 2016, dans le cadre de la vaccination en milieu scolaire, le vaccin contre le VPH sera offert gratuitement sur une base volontaire aux garçons de 4e année du primaire, tout comme c’est déjà le cas pour les filles, depuis 2008.

En effet, à la suite d’un avis scientifique du Comité sur l’immunisation du Québec de l’INSPQ, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a décidé d’offrir également le vaccin contre le VPH aux garçons dans le programme de vaccination du Québec.

Le VPH est l'une des infections transmises sexuellement les plus courantes. Il peut notamment causer le cancer du col de l'utérus, qui est le deuxième cancer le plus répandu chez les jeunes femmes. Chez les hommes, le VPH peut amener aussi son lot de complications telles que le cancer de l'anus, du pénis, de la gorge, ou des condylomes.

Chaque année, 450 cancers peuvent être associés au VPH chez les femmes et plus de 250 chez les hommes. Les infections liées au VPH sont aussi fréquentes chez les hommes que chez les femmes, rappelle Dre Sauvageau médecin-conseil à l’INSPQ. « Dans 80 à 90 % des cas, le corps est bon pour s’en débarrasser si on attend deux ans. Mais chez les hommes, comme chez les femmes, les infections peuvent persister et mener à des cancers ».

Évidemment, le vaccin contre le VPH peut être recommandé aux femmes de 18 à 45 ans et aux hommes de 9 à 26 ans qui ne sont pas inclus dans le programme de gratuité et qui désirent assumer les coûts du vaccin.

Pour en savoir plus, consultez cette page « Questions/réponses pour soutenir une décision éclairée ».

Catégories: 

Les parcs de trampolines accessibles au public connaissent une popularité grandissante. Bien que les activités pratiquées dans ces endroits donnent l’occasion aux utilisateurs d’être physiquement actifs, elles peuvent engendrer des traumatismes, dont certains peuvent être graves.

Un groupe de travail mandaté par le ministère de la Santé et des Services sociaux et dont fait partie l’INSPQ a émis un rapport visant à documenter la problématique associée à l’utilisation des parcs de trampolines ouverts au public et à formuler dix recommandations permettant de réduire le risque de ces traumatismes pour les adeptes de saut sur trampoline. Les neuf premières recommandations s’adressent directement aux propriétaires-exploitants de ce type d'établissement.

Par exemple, le comité recommande que soit effectuée, sur une base périodique, une démarche de vérification structurée de la conformité à la norme ASTM F2970. Cette norme concerne la conception, la fabrication, l’installation, la maintenance et l’inspection des équipements présents dans les parcs de trampolines ainsi que l’encadrement et l’information des utilisateurs de ce type de parcs.

La dixième recommandation vise à analyser l’évolution des traumatismes subis dans les parcs de trampolines et à apprécier l’application de la norme ASTM F2970, sur une base périodique. La mise en œuvre de cette recommandation requiert une collaboration concertée des différentes instances concernées.

Dr Michel Lavoie et Mathieu Gagné de l'INSPQ font partie du groupe de travail qui a produit ce rapport.

Consultez le document : Rapport sur les traumatismes subis dans des parcs de trampolines au Québec

Catégories: 

Pages