Articles de

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) invite tous les médecins cliniciens québécois, tant généralistes que spécialistes, à participer à une enquête sur la pratique de prescription de médicaments opioïdes dans le contexte de gestion de la douleur chronique d’origine non cancéreuse. Cette enquête s’inscrit dans un projet plus vaste qui vise non seulement à limiter l’abus ou le mésusage de médicaments sur ordonnance au Canada, mais aussi à améliorer la pratique de gestion de la douleur chronique d’origine non cancéreuse chez les patients.

Pour ce faire, il suffit de répondre à un questionnaire dont la durée est d'environ 15 minutes, et cela, avant le 16 novembre prochain.

Menée en collaboration avec le Collège des médecins du Québec, la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et le Centre de recherche et d’aide pour narcomanes (CRAN), cette enquête permettra également de documenter les besoins de formation dans ce domaine.

Rappelons que la prescription et la consommation de médicaments sur ordonnance, tels que les médicaments opioïdes, ont augmenté de façon majeure au Québec au cours des dernières années. Une hausse importante du nombre et du taux de décès attribuables à une intoxication par opioïde a également été rapportée pour la province entre 2000 et 2012 chez la population âgée de 20 ans et plus, selon des études récemment publiées par l’Institut l’INSPQ.

Pour consulter ces études : https://www.inspq.qc.ca/publications/1738 et https://www.inspq.qc.ca/publications/1945.

Afin de bénéficier d'un tarif préférentiel, les participants aux incontournables 19es Journées annuelles de santé publique (JASP) ont dorénavant jusqu'au 13 novembre 2015 pour s'inscrire. Faites-le dès maintenant en ligne : http://jasp.inspq.qc.ca/inscription2015.aspx

Des tarifs avantageux sont aussi offerts aux étudiants à temps plein et aux organisations à but non lucratif. Pour consulter les programmes détaillés des activités scientifiques, visitez le site à l'adresse suivante : http://jasp.inspq.qc.ca/programmes2015.aspx 

Les Journées annuelles de santé publique sont un événement de formation continue organisé par un consortium de partenaires formé du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, de l’Institut national de santé publique du Québec, de l’Institut de la statistique du Québec, des directions de santé publique des agences de la santé et des services sociaux du Québec, de l’Association des médecins spécialistes en santé communautaire du Québec et de l’Association pour la santé publique du Québec, en collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada.

Catégories: 

Vous souhaitez favoriser l’application optimale des mesures reconnues de prévention et contrôle des infections nosocomiales (PCI)? Inscrivez-vous dès maintenant à ce programme de formation qui s’adresse aux gestionnaires, professionnels et médecins concernés par la PCI, le retraitement des dispositifs médicaux, l’hygiène et la salubrité, ainsi que par les sujets en lien avec le CIPIN.

Pour connaître les sujets et l’horaire du programme de formation en ligne, consultez le Feuillet d’information du programme de formation en PCI 2015-2016.

Pour plus de détails et pour vous inscrire, consultez la page du Programme de formation en ligne en prévention et contrôle des infections dans les établissements de santé 2015-2016

.

Le Comité d’éthique de santé publique (CESP) qui relève de l'Institut national de santé publique lance un appel de candidatures pour combler des sièges de représentants de la population et de professionnel en santé publique.

Les caractéristiques communes recherchées chez ces personnes sont, entre autres, leur intérêt pour les questions de santé publique et leur sensibilité à la dimension éthique de ces questions, leur ouverture d’esprit, leur capacité à exprimer leurs idées et à les réviser, le cas échéant, à la lumière de nouveaux arguments, leur respect des personnes lors de délibérations et la volonté de participer au développement d’actions de santé publique qui reflètent les valeurs les plus importantes dans une situation donnée.

À titre de membres de la population, les personnes ne doivent avoir aucun lien professionnel avec le réseau de la santé et des services sociaux. Elles ont de l’expérience dans des délibérations en groupes sur des divers enjeux sociaux associés à la santé de la population.

À titre de professionnel en santé publique, les personnes travaillent à la gestion, à la coordination ou à la prestation de programmes ou d’activités de santé publique, dans un CISSS ou un CIUSSS.

Le Comité se compose de huit membres dont un éthicien, un directeur de santé publique, deux professionnels œuvrant en santé publique, un avocat et trois représentants de la population. Le mandat des membres est de trois ou quatre ans et peut être renouvelé. Le Comité se réunit au plus une journée par mois, selon les projets à l’examen.

Les personnes intéressées à devenir membre du Comité d’éthique de santé publique sont invitées à faire parvenir leur curriculum vitae accompagné d’un mot signifiant leur intérêt d’ici le 6 novembre 2015 à l’adresse suivante : cesp@inspq.qc.ca.

Catégories: 

Le gouvernement du Québec a demandé au Secrétariat à la jeunesse de mener une consultation publique visant à recueillir l’opinion des jeunes, des intervenants, des groupes et des experts sur sa proposition de principes et d’orientations qui formeraient la base de la prochaine Politique jeunesse. C'est dans ce cadre que l'INSPQ a déposé son mémoire le 2 octobre dernier.

L’INSPQ réagit très favorablement au projet de la Politique québécoise de la jeunesse. L’accompagnement des jeunes adultes dans leur passage à l’autonomie demeure un objet de haut intérêt pour la santé publique.

Dans ce mémoire, on propose de centrer l’action envers les jeunes adultes autour de trois assises :

  • adopter une vision positive des jeunes;
  • favoriser des actions intégrées visant la modification des environnements dans lesquels les jeunes évoluent, ainsi que le renforcement de leurs compétences personnelles et sociales;
  • s’attarder à contrer la transmission intergénérationnelle des inégalités sociales et à les réduire.

En conformité avec ces trois propositions, il importe d’adopter des actions structurantes, comme des politiques publiques et des lois qui permettent d’agir, simultanément ou conjointement, sur les habitudes de vie des jeunes adultes, leur persévérance et leur réussite scolaire, leur insertion réussie au travail et finalement leur engagement citoyen.

Il est possible de consulter le mémoire complet à l’adresse suivante : www.inspq.qc.ca/publications/2049

Catégories: 

L’INSPQ a publié récemment une série de rapports ayant pour objectif de faire état de la situation du potentiel piétonnier et des modes de transport pour aller au travail dans 16 régions du Québec.

Ces rapports suggèrent des actions pouvant encourager le développement d'environnements bâtis plus favorables au transport actif, selon la nature du secteur, qu'il soit en région métropolitaine, hors-métropolitaine ou rurale.

Ils font suite au portrait global qui a été publié en février 2015 et dans lequel deux grands constats étaient dégagés :

  • Le fait d’habiter un quartier à fort potentiel piétonnier est associé à une probabilité significativement plus élevée d’utiliser le transport actif (tous motifs) et de consacrer chaque semaine davantage de temps au transport actif.
  • Le fait d’habiter un quartier à fort potentiel piétonnier est associé significativement à une augmentation du temps alloué quotidiennement et hebdomadairement à l’activité physique.

À chaque région son portrait

En plus de statistiques régionales, des interventions prometteuses pour créer des environnements bâtis favorables au transport actif sont proposées. On y retrouve notamment la mise en place de pistes cyclables ou de trottoirs, l’aménagement d’un noyau municipal plus dense ou encore l’amélioration de l’offre de transport collectif.

Vous pouvez par ailleurs consulter l'outil d'analyse interactif qui a été utilisé pour dégager ces portraits : www.inspq.qc.ca/environnement-bati/accueil.

Pour consulter les rapports par région

Abitibi-Témiscamingue
Bas-Saint-Laurent
Capitale-Nationale
Chaudière-Appalaches
Côte-Nord
Estrie
Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
Lanaudière
Laurentides
Laval
Mauricie et Centre-du-Québec
Montérégie
Montréal
Nord-du-Québec, des Terres-Cries-de-la-Baie-James et du Nunavik
Outaouais
Saguenay-Lac-Saint-Jean

Catégories: 

Serez-vous des nôtres les 8 et 9 décembre 2015 dans le cadre du plus grand rendez-vous de formation continue en santé publique? Consultez dès maintenant les programmes détaillés des activités scientifiques et trouvez votre incontournable. Que vous vous intéressiez à la gestion de crise en maladies infectieuses, à la santé mentale à travers le parcours de vie ou aux conséquences de la surconsommation d’alcool, un des programmes JASP est pour vous. Et ce ne sont bien sûr que quelques-uns des sujets abordés dans le cadre de cette 19e édition. Il est déjà possible de s’inscrire en ligne, ne tardez pas.

Le thème de cette 19e édition, Incontournables, se veut un rappel de la valeur ajoutée des stratégies de santé publique. En cette période de forte mouvance, il importe en effet de souligner le caractère essentiel des actions de santé publique et leur contribution à la santé globale des populations. Ces actions sont incontournables et les JASP souhaitent y contribuer en vous soutenant dans la mise à jour de vos connaissances et de vos pratiques.

Catégories: 

Pour l’INSPQ, le projet de loi 44 constitue un progrès significatif pour la prévention de l’usage du tabac.

Le tabac demeure la principale cause de décès évitable dans le monde et au Québec. Un fumeur régulier sur deux mourra d’une maladie qui y est liée, perdant en moyenne une dizaine d’années de vie. « Depuis quelques années, le Québec plafonne en matière de prévalence du tabac. Le projet de loi 44 nous fournit des leviers supplémentaires pour atteindre nos objectifs de santé publique », affirme Nicole Damestoy, présidente-directrice générale de l’Institut. 

Dans son mémoire présenté en commission parlementaire le 20 août, l’Institut appuie les mesures proposées dans le projet de loi et suggère quelques mesures supplémentaires. L’Institut a attiré plus particulièrement l’attention des parlementaires sur trois mesures incontournables.

La cigarette électronique

Le marché étant en pleine expansion et les impacts sur l’initiation et le renoncement au tabac mal connus, l’Institut considère justifiée la proposition d’élargir le champ d’application de la loi à la cigarette électronique. Il estime prudent d’appliquer les mêmes contraintes de vente, de promotion et d’usage dans les lieux publics, tout en permettant aux fumeurs adultes de se procurer un produit qui pourrait les aider à cesser de fumer. Pour garantir la sécurité et la qualité du dispositif, de ses composantes et des liquides, l’Institut croit indispensable d’instaurer des normes de fabrication strictes. Il insiste aussi sur l’instauration d’un étiquetage conforme au produit.

Les produits aromatisés

A l’instar de quatre autres provinces canadiennes, l’Institut appuie l’article du projet de loi qui interdit tout ajout d’additifs aromatisés incluant le menthol. Certains additifs permettent de minimiser les désagréments du tabac que sont son âpreté ou l’assèchement de la gorge et de la bouche. Les jeunes du Québec sont séduits particulièrement par les produits aromatisés qu’ils sont les plus nombreux à consommer au Canada.

L’emballage neutre

Ne figurant pas au sein des mesures proposées par le projet de loi 44, l’emballage neutre est, selon l’Institut, une mesure essentielle dans la lutte à la promotion du tabac. Avec la diminution des possibilités de commandites, de publicités et de promotion des produits du tabac, le paquet de cigarettes est devenu un outil promotionnel par excellence, et ce, malgré l’obligation de mises en garde devant occuper 75 % de l’espace sur le paquet. On observe toutes sortes de stratégies commerciales pour rendre les paquets attrayants et originaux. L’Institut suggère aux législateurs d’obliger les compagnies de tabac à présenter leurs produits dans des formats neutres et prédéterminés de manière à ce que les produits et les emballages ne puissent se distinguer que par les noms de marque.

Toutes les autres mesures proposées par le projet de loi 44 reçoivent l’appui de l’Institut qu’il s’agisse des interdictions d’exposer les enfants de moins de 16 ans à la fumée dans les voitures, de fumer sur les terrasses ou dans un rayon de 9 mètres de tous les lieux de travail et des lieux fréquentés par le public.

D’autres mesures non incluses dans le projet de loi 44 sont suggérées par l’Institut. Par exemple, il recommande l’interdiction de fumer en tout temps dans les lieux servant à la garde d’enfants, ceux-ci étant particulièrement vulnérables aux polluants du tabac. De plus, l’Institut propose d’interdire les chambres où il est permis de fumer dans tous les établissements de santé et de services sociaux, mais de permettre les fumoirs dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée.

« Nous espérons que la loi sera rapidement adoptée en vue de protéger les jeunes de la dépendance au tabac et d’éviter aux non-fumeurs une exposition involontaire aux composantes toxiques de la fumée de tabac », dit Nicole Damestoy en conclusion de son intervention.

Il est possible de consulter le mémoire complet dans le site Web à l’adresse suivante : www.inspq.qc.ca/publications/2032.

Catégories: 

L'INSPQ est fier d’avoir participé à la mise en œuvre d’Infrastructure Géomatique Ouverte (IGO), le premier logiciel gratuit en géomatique utilisant une licence libre en français produite par l'administration publique québécoise.

Essentiellement un outil de visualisation cartographique, IGO permet de réaliser des requêtes pour identifier des éléments qui correspondent à certains critères géographiques. Les îlots de chaleur à l’échelle québécoise peuvent, notamment, y être visualisés sur le site des données ouvertes du gouvernement du Québec où IGO est utilisé comme navigateur cartographique.

Mis en œuvre au départ par l’Institut national de santé publique du Québec et le ministère de la Sécurité publique, le développement d’IGO a été possible grâce à la collaboration de spécialistes en géomatique de plusieurs ministères et organismes du gouvernement du Québec.

L’ensemble de la communauté géomatique ainsi que les entreprises, les municipalités, les développeurs et les citoyens peuvent en profiter. De plus, les internautes du monde entier sont encouragés à contribuer à IGO de plusieurs façons en vue de l’améliorer, et ce, au bénéfice de ses utilisateurs. Ainsi, par son développement basé sur un modèle collaboratif, open source, il demeure en constante évolution. IGO est également le premier logiciel à utiliser une licence libre en français produite par le gouvernement du Québec.

Catégories: 

Serez-vous des nôtres les 8 et 9 décembre 2015 dans le cadre du plus grand rendez-vous de formation continue en santé publique? Une vingtaine d'activités scientifiques sous des formats variés sont proposées : les risques infectieux, la prévention en santé au travail, la santé mentale, la communication ainsi que les services offerts aux parents ne sont que quelques-uns des thèmes qui seront à l'honneur. Pour un aperçu complet des thèmes, consultez dès maintenant le programme en un coup d'œil.

Le thème de cette 19e édition, Incontournables, se veut un rappel de la valeur ajoutée des stratégies de santé publique. En cette période de forte mouvance, il importe en effet de souligner le caractère essentiel des actions de santé publique et leur contribution à la santé globale des populations. Ces actions sont incontournables et les JASP souhaitent y contribuer en vous soutenant dans la mise à jour de vos connaissances et de vos pratiques.

Catégories: 

Pages