Coliques ou pleurs intenses

Information essentielle, à retenir

Information essentielle, à retenirCette position est apaisante pour votre bébé.

Photo : Jean-Claude Mercier

Votre bébé est en bonne santé, mais il pleure fort pendant plus de trois heures par jour, surtout en fin de journée ou en soirée et souvent aux mêmes heures. Son visage est rouge, ses poings sont fermés et ses cuisses, repliées sur son ventre tendu. Il peut avoir des gaz. Il est très difficile à consoler. Entre les périodes de pleurs, il est de bonne humeur et semble satisfait. Il prend du poids normalement.

On connaît mal ce qui cause ces pleurs intenses souvent appelés « coliques ». Elles font partie du processus d’adaptation à son nouvel environnement et sont liées à sa sensibilité. Les bébés allaités peuvent également en souffrir. Elles apparaissent vers l’âge de 2 à 3 semaines et diminuent beaucoup vers le troisième ou le quatrième mois. La période la plus difficile se produit autour de la sixième semaine. En consultation, le médecin peut préciser le diagnostic de colique. En général, les médicaments contre les coliques ne sont pas recommandés.

Les pleurs intenses peuvent aussi être un signe d’allergie ou avoir une autre cause.

Que faire?

Assurez-vous que votre bébé n’a ni faim, ni froid ni chaud. Qu’il n’a pas besoin de faire changer sa couche ou de faire un rot. Qu’il ne fait pas de fièvre. Qu’il boit à sa faim, selon ses besoins.

Suggestions pour apaiser votre bébé :

  • rechercher un environnement calme ou mettre une musique douce;
  • lui parler doucement ou le toucher, par exemple le placer contre votre ventre, peau à peau, à la chaleur, le masser ou le caresser;
  • lui offrir le sein. Beaucoup de bébés se calment en prenant le sein : celui-ci peut aussi bien consoler que nourrir;
  • bouger avec lui, le bercer ou le promener en poussette, en auto ou dans le sac ventral;
  • lui donner un bain. Certains bébés adorent l’eau;
  • placer votre bébé à plat ventre sur votre avant-bras, son dos contre votre ventre, sa tête dans le creux de votre coude et votre main entre ses jambes. C’est la position « anticoliques ».

Il reste inconsolable…

Dans ces moments de fatigue et d’impatience, il est bon de pouvoir compter sur une personne de confiance, conjoint ou autre, qui peut prendre la relève. Il est bon de pouvoir vous faire remplacer pour sortir ou vous reposer des pleurs de votre petit. Lorsque vous reviendrez, vous pourrez lui transmettre votre calme.

Vous êtes au bord de la crise de nerfs, mais vous ne trouvez personne pour prendre la relève? Mettez votre enfant dans un endroit sécuritaire, comme son lit, fermez la porte et éloignez-vous de la pièce quelques instants. Vous avez besoin d’une pause. Puis, cherchez de l’aide : gardienne, parent, médecin, CLSC, centre d’action bénévole ou contactez LigneParents au : 1 800 361-5085.

Ne secouez jamais un jeune enfant : vous pourriez causer des dommages permanents à son cerveau ou même le faire mourir.