Hépatite C : se mobiliser pour accroître le dépistage et le traitement

L’hépatite C est un problème sanitaire qui nécessite une concertation de tous les intervenants afin de contrer sa morbidité-mortalité croissante et de limiter sa transmission.

Au Québec, selon les dernières données du programme de surveillance SurvUDI, chez les personnes qui font usage de drogues par injection, en moyenne de 63 % de celles-ci auraient été exposées à l’hépatite C. Bien que 25% des personnes atteintes guérissent par elles-mêmes de leur infection, 75% d’entre elles évoluent vers une hépatite C chronique potentiellement mortelle. La cirrhose post-virale C est la 1ère cause de cancer du foie au Canada. On estime que sa prévalence connaîtra une augmentation de 89 % entre 2013 et 2035.

Avec les avancées majeures des traitements avec agents antiviraux d’action directe et les moyens diagnostics non invasifs disponibles tels le Fibroscan®, la prise en charge des personnes atteintes a été considérablement simplifiée. Il est non seulement plus facile de traiter les personnes infectées en première ligne, mais les taux de réussite des traitements sont tels que l’on parle dorénavant de révolution thérapeutique. Les bénéfices de la guérison sont clairement démontrés avec la diminution des complications et l’amélioration de la survie des personnes atteintes. Cependant, pour que les personnes atteintes du VHC bénéficient de ces percées médicales majeures et faut accroitre le dépistage et le traitement partout au Québec.

Pour ce faire, il est essentiel de former des professionnels de santé, notamment de 1ère ligne mais également dans les services spécialisés dont les centres en réadaptation en dépendance et les milieux correctionnels.  Aussi, le traitement de  l’hépatite C fait partie d’un ensemble de mesures préventives pour réduire les taux de transmission en diminuant le bassin de personnes infectées.


Ce que vous verrez ou approfondirez

  • La nécessité d’accroître le taux de prise en charge et de traitement des personnes infectées par le VHC au Québec
  • La simplification de l’évaluation d’une personne infectée, les progrès thérapeutiques et les bénéfices qui leur sont associés
  • Les ressources et les stratégies d’intervention à développer pour relever les défis de la prise en charge de la clientèle
  • Une introduction au programme de télémentorat sur la prise en charge du VHC en partenariat avec le RUIS de l’Université de Montréal
  • L’éventail des ressources existantes en formation continue sur le VHC au Québec

À qui s'adresse cette formation?

  • Aux médecins de première ligne
  • Le personnel infirmier, les médecins spécialistes et les gestionnaires des ressources qui prennent en charge le traitement de l’hépatite C de la région sont aussi invités à participer à la
    formation

Durée et formule pédagogique

Cette formation (gratuite) s'étend sur 3,5 heures.

Comment s'inscrire?

Pour obtenir des informations supplémentaires ou pour organiser une session de formation dans votre région, vous pouvez nous contacter :

Pour vous inscrire à une session de formation déjà prévue dans votre région :

Matériel pédagogique

Mode: 

Présentiel

Type: 

Cours

Voir: