Démarche structurée de planification des interventions

Le processus de promotion de la sécurité dans une communauté repose sur l’application d’une démarche structurée de planification des interventions à réaliser. En plus de favoriser la prise de décisions, l’atteinte de consensus entre partenaires et la mise en place de solutions plus efficaces et adaptées au milieu, cela permet aux partenaires impliqués de planifier leur contribution aux différentes étapes du processus1.

La démarche structurée de planification des interventions propose des étapes logiques à franchir pour déterminer les actions préventives à appliquer dans un milieu, soit la mobilisation de la population et des partenaires intersectoriels, la réalisation d’un diagnostic de sécurité, l’élaboration d’un plan d’action et une évaluation des différentes étapes de la démarche1.

Plusieurs outils ont été développés pour soutenir les actions de promotion de la sécurité et de prévention de la criminalité et peuvent être utiles aux différentes étapes de la démarche.

La mobilisation de la population et des partenaires intersectoriels

La mobilisation de la population et des partenaires intersectoriels se traduit par l’implication des acteurs du milieu. Deux activités sont recommandées :

  • Dresser une carte des acteurs du milieu. Il s’agit de dresser une liste des groupes, organisations et individus qui sont interpellés par la sécurité du milieu de manière à tenir compte d’une variété de perspectives2. Cela permettra d’identifier les acteurs à interpeller dans l’ensemble de la démarche
  • S’assurer de l’existence d’une instance de concertation. Elle peut être sous la responsabilité d’un comité déjà formé, d’un sous-groupe ou d’une nouvelle équipe de travail. Cette instance devrait inclure une variété d’acteurs du milieu (santé, éducation, police, autres services municipaux, groupes communautaires, etc.) en s’inspirant de la carte des acteurs.

La réalisation d’un diagnostic de sécurité

Cette activité suppose le cheminement suivant :

  • Réunir les conditions. Il faut s’assurer que les personnes impliquées dans la réalisation du diagnostic de sécurité partagent une même vision et s’entendent sur les objectifs et les enjeux de l’opération. Idéalement, cette équipe devrait être constituée d’intervenants du milieu et devrait bénéficier de l’engagement politique des autorités en place.
  • Réaliser le portrait général du milieu. Il faut acquérir une connaissance générale du milieu afin de dégager les conditions sociales et physiques susceptibles d’avoir une influence sur la sécurité.
  • Réaliser le bilan de sécurité du milieu. Ce bilan permettra de constituer une liste de problèmes de sécurité préoccupants au sein du milieu.
  • Déterminer le diagnostic. Un diagnostic de sécurité, c'est-à-dire une liste documentée de problèmes et de conditions sociales ou physiques susceptibles d’y contribuer, sera établi à partir du portrait général du milieu et du bilan de sécurité du milieu.
  • Valider le diagnostic. Le diagnostic de sécurité, de même que l’interprétation des faits tirés des données obtenues, doit être validé auprès des différentes instances concernées par les principaux enjeux identifiés.

L’élaboration d’un plan d’action

Cette activité suppose le cheminement suivant :

  • Élaborer un plan d’action. À partir du diagnostic de sécurité, il faut déterminer les problèmes prioritaires auxquels il faut s’attaquer et en avoir une bonne compréhension, ce qui implique notamment de réfléchir aux causes et d’envisager les solutions possibles3. Il faut ensuite planifier les actions, c'est-à-dire déterminer le but et les objectifs à atteindre, choisir les activités et définir les ressources nécessaires. Le tout sera intégré  dans un plan d’action. En d’autres termes, il faut transposer le diagnostic en plan d’action.
  • Mettre en œuvre les mesures préventives du plan d’action. La mise en œuvre des mesures prévue au plan d’action devrait être supervisée par un chargé de projet accompagné d’un comité de suivi. Cela permet à la fois d’assurer une bonne coordination de la réalisation des différentes activités et d’apporter les correctifs ou ajustements nécessaires pour tenir compte des imprévus ou des difficultés rencontrées.

L’évaluation

Une évaluation devrait accompagner toutes les étapes de la démarche. Cela permet notamment de vérifier si les conditions qui prévalent sont propices à l’atteinte des objectifs visés1. Puisque l’évaluation dépend généralement d’informations qu’il faut recueillir tout au long de l’exécution d’un projet, la planification d’une évaluation doit débuter en même temps que les travaux entourant l’élaboration d’une stratégie d’intervention4.

  • L’évaluation du processus. En plus de juger de la cohérence entre le diagnostic de sécurité posé et le plan d’action élaboré, cette évaluation permettra notamment de porter un jugement sur le déroulement des activités réalisées par rapport aux activités planifiées (adéquation entre les résultats observés et les objectifs visés, difficultés rencontrées, respect des échéanciers et des coûts prévus, etc.) et de se questionner sur l’origine et la nature des résistances qui pourraient faire obstacle. Cela orientera la prise de décision quant aux correctifs à apporter.
  • L’évaluation des résultats. Une fois les interventions inscrites au plan d’action réalisées, il s’agit de regarder si les actions entreprises ont eu un impact sur la sécurité des citoyens. L’évaluation portera notamment sur le degré d’’atteinte des objectifs poursuivis et sur les autres effets positifs et négatifs entraînés par les mesures déployées dans le milieu.

Références

  1. Maurice, P., Laforest, J., Bouchard, L. M. et Rainville, M. (2008). Promotion de la sécurité et son approche par milieu de vie : considérations théoriques et pratiques. Revue de l’IPC, 2, 35-56.

  2. Bouchard, L. M., Maurice, P. et Rainville, M. (2011). Trousse diagnostique de sécurité à l’intention des collectivités locales – Manuel pour accompagner le processus et déterminer le diagnostic de sécurité, Québec, Institut national de santé publique du Québec. p. 45. https://www.inspq.qc.ca/publications/1330

  3. Laforest, J., Bouchard, L. M. et Maurice, P. (2010). Passer d’un diagnostic de sécurité à un plan d’action : un guide à l’intention des collectivités locales, Québec, Institut national de santé publique du Québec. https://www.inspq.qc.ca/publications/1091

  4. Denis, B. (2008). Guide d’évaluation de projets – prévention des problèmes de sécurité et de criminalité. Ministère de la Sécurité publique. http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/fileadmin/Documents/police/public...