Approche de prévention de la violence

La violence se définit comme étant « la menace ou l’utilisation délibérée de la force physique ou du pouvoir contre soi-même, contre autrui ou contre un groupe ou une communauté qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, un décès, des dommages psychologiques, un maldéveloppement ou des privations »1.

Cette définition englobe à la fois l’acte lui-même, les différentes conséquences qui peuvent en découler, ainsi que les différentes formes que peut prendre la violence. Des précisions peuvent être apportées à cette définition selon le contexte dans lequel la violence se produit ou selon la relation entre l’auteur et la victime. On parle alors de type particulier de violence, par exemple de violence conjugale.

La violence interpersonnelle peut se manifester de différentes façons et être exercée dans différents contextes. Elle regroupe d’une part la violence qui se produit au sein de la famille ou entre partenaires intimes et d’autre part la violence qui survient au sein de la communauté. La violence familiale ou entre connaissances comprend les mauvais traitements envers les enfants, la violence conjugale et la maltraitance envers les aînés. La violence dite communautaire se produit entre des individus qui ne font pas partie de la même famille et qui peuvent ne pas se connaître ou ne pas entretenir de relations. Elle comprend notamment la violence chez les jeunes, les agressions sexuelles commises par des étrangers, la violence en milieu de travail et la violence en milieu scolaire.

La violence peut se manifester de différentes façons. Elle peut prendre la forme d’agression physique, psychologique, sexuelle, ou se traduire par des comportements de négligence ou de privation.

La violence peut découler de multiples causes ou de l’interaction entre différents facteurs

Aucun facteur ne permet à lui seul d’expliquer pourquoi certaines personnes sont violentes envers d’autres ou pourquoi la violence est davantage présente dans certaines communautés. La violence résulte plutôt d’une interaction complexe entre différents facteurs.

Le modèle écologique peut nous aider à mieux comprendre et à prévenir la violence1. Ce modèle s’intéresse à l’interaction entre les différents facteurs individuels, relationnels, communautaires et sociétaux qui peuvent être à la source de la violence. Pour réussir à prévenir la violence, il est nécessaire de cibler des facteurs à différents niveaux de ce modèle.

Individuel, relationnel, communautaire, sociétal
Source : OMS (2002), Rapport mondial sur la violence et la santé, p. 13.

Les facteurs individuels correspondent aux caractéristiques d’un individu, telles que les antécédents de violence, les troubles mentaux, la consommation de drogue et l’usage abusif d’alcool.

Les facteurs relationnels renvoient aux relations entre un individu et son entourage, tels que le dysfonctionnement familial, les problèmes relationnels entre les parents et les enfants et l’influence des pairs.

Les facteurs communautaires réfèrent aux particularités des différents milieux dans lequel évolue un individu, tels que les caractéristiques des quartiers en termes de pauvreté, chômage, capital social et criminalité.

Les facteurs sociétaux renvoient au contexte social et culturel dans lequel un individu se développe, tels que les normes sociales concernant par exemple les rapports entre les sexes ou l’usage de la force dans l’éducation, les inégalités selon le revenu, le sexe, la scolarité ou l’accès aux services.

La violence peut se prévenir

Il est possible de prévenir la violence à tous les stades de la vie par des actions visant à intervenir à différents niveaux du modèle écologique, soit aux niveaux individuel, relationnel, communautaire ou sociétal.

En se basant sur des revues rigoureuses de la littérature ayant examiné l’efficacité des interventions visant à prévenir la violence interpersonnelle, l’Organisation mondiale de la santé recommande sept grandes stratégies jugées prometteuses ou efficaces afin de prévenir les différentes formes de violence :

  1. Favoriser des relations sûres, stables et épanouissantes entre les enfants et leurs parents et dispensateurs de soins.
  2. Développer des aptitudes à la vie quotidienne chez les enfants et les adolescents.
  3. Réduire la disponibilité et la consommation nocive de l’alcool.
  4. Réduire l’accès aux armes à feu et aux armes blanches.
  5. Promouvoir l’égalité entre les sexes afin de prévenir la violence contre les femmes.
  6. Changer les normes culturelles et sociales qui favorisent la violence.
  7. Offrir des programmes de détection précoce des victimes ainsi que des programmes de soins et de soutien aux victimes2.

Pour en savoir plus 

Références

  1. Krug E. G., Dahlberg L. L., Mercy J. A., Zwi A. et Lozano-Ascencio, R. (Eds.) (2002). Rapport mondial sur la violence et la santé. Genève : Organisation mondiale de la Santé. http://www.who.int/violence_injury_prevention/violence/world_report/fr/
  2. Organisation mondiale de la santé (2013). Prévention de la violence : les faits. Genève : Organisation mondiale de la santé. http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/92490/1/9789242500844_fre.pdf?ua=1