Prévention de la violence interpersonnelle

La violence se définit comme étant « la menace ou l’utilisation délibérée de la force physique ou du pouvoir contre soi-même, contre autrui ou contre un groupe ou une communauté qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, un décès, des dommages psychologiques, un maldéveloppement ou des privations »1.

Cette définition englobe à la fois l’acte lui-même, les différentes conséquences qui peuvent en découler, ainsi que les différentes formes que peut prendre la violence. Des précisions peuvent être apportées à cette définition selon le contexte dans lequel la violence se produit ou selon la relation entre l’auteur et la victime. On parle alors de type particulier de violence, par exemple de violence conjugale.

Cette section du site concerne la violence interpersonnelle, c'est-à-dire celle qui se produit entre des personnes. La violence collective (sociale, politique et économique) et la violence auto-infligée (comportement suicidaire et sévices auto-infligés) n’y sont pas abordées. Elle réunie de l’information sur de nombreux sujets tels que la violence conjugale et la maltraitance envers les aînés. Elle présente l’état des connaissances scientifiques pour éclairer les décisions en matière de politiques publiques et de stratégies de prévention à promouvoir dans la communauté, dans le réseau de la santé et en milieu scolaire.

La prévention de la violence a beaucoup en commun avec la prévention des traumatismes non intentionnels : ces deux problèmes peuvent entraîner des conséquences similaires, telles que des lésions corporelles et les séquelles psychologiques (ex. syndrome du stress post-traumatique); il est souvent difficile de déterminer si un événement est le fruit d’un acte intentionnel ou non intentionnel; ces deux problèmes ont plusieurs facteurs associés en commun (ex. consommation inappropriée d’alcool) et plusieurs mesures de contrôle ont un impact à la fois sur les traumatismes non intentionnels et sur la violence (ex. soutien aux parents en période pré et post-natale)2. Dans ce contexte, pour améliorer la sécurité dans une communauté, il peut être pertinent d’analyser ces deux problématiques de façon intégrée en appliquant une approche de promotion de la sécurité.

Références

  1. Krug E. G., Dahlberg L. L., Mercy J. A., Zwi A. et Lozano-Ascencio, R. (Eds.) (2002). Rapport mondial sur la violence et la santé. Genève : Organisation mondiale de la Santé. http://www.who.int/violence_injury_prevention/violence/world_report/fr/
  2. Maurice, P., Bouchard, L. M et Lavoie, M. (2015). Bridging the Gap Between the Prevention of Intentional and Unintentional Injuries, dans Pike, I., Richmond, S., Rothman, L. et Macpherson, A. (Eds.) (2015). Canadian injury prevention resource. An evidence-informed guide to injury prevention in Canada. Parachute. http://www.parachutecanada.org/downloads/research/Canadian_Injury_Prevention_Resource-Section_1.pdf