Unité des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS)

Pour plus de renseignements, on peut contacter Raymond Parent, chef de l’unité des Infections transmissibles sexuellement et par le sang, au 418 650-5115 poste 5228.

L’Unité des infections transmissibles sexuellement et par le sang (UITSS) est composée de professionnels issus principalement du monde des sciences médicales et sociales. Ces professionnels possèdent une expertise pointue en ITSS et dans plusieurs domaines connexes tels que la toxicomanie, l'itinérance et le dépistage. En plus de leur contribution à l'Institut, ils sont souvent affiliés à d'autres institutions.

Les travaux effectués au sein de l’UITSS portent notamment sur l’infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), sur les infections par les hépatites virales B et C, sur l’infection génitale à la Chlamydia trachomatis, ainsi que sur la gonorrhée, la syphilis et les virus de l'herpès et du papillome humain. Plusieurs travaux se font en collaboration avec le Comité sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang (CITSS) et le Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS (CALI) mis en place pour compléter l’offre de services en expertise-conseil.

L’équipe de l’Unité étudie la prévalence et l'incidence des ITSS et s’intéresse aux comportements associés. Certains membres se penchent sur l’évaluation d’approches de surveillance novatrices. D’autres analysent les facteurs de risque et les déterminants de la prise de risques. D’autres encore évaluent la faisabilité et l'impact d'interventions préventives, puis collaborent au développement de telles interventions. Certains professionnels s’occupent également de mettre sur pied et de coordonner des programmes de formation qui visent à mieux outiller les intervenants de première ligne.

La population générale fait l’objet des travaux, mais l’équipe s’intéresse également aux individus exposés à un risque accru, risque souvent lié à la détresse, à la pauvreté et à des problèmes de santé mentale, de toxicomanie ou de marginalisation. Les utilisateurs de drogues par injection, les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes et les jeunes de la rue font partie de ces publics auxquels une attention particulière est portée.