Habitudes de vie et prévention des maladies chroniques

Le champ de l’expertise en habitudes de vie et prévention des maladies chroniques cible l’aménagement d’environnements et l’adoption de politiques publiques favorables à l’acquisition et au maintien de saines habitudes de vie afin de prévenir l’incidence, la morbidité et la mortalité associées aux maladies chroniques.

Ce champ d’expertise compte cinq secteurs d’activité :

  • Tabagisme
  • Nutrition, activité physique et problèmes liés au poids
  • Alcool, drogue, jeux de hasard et d’argent
  • Santé dentaire
  • Santé reproductive et prévention des grossesses non désirées

Tabagisme

Au Québec, le tabagisme demeure toujours l’un des problèmes de santé les plus préoccupants, causant le décès de plus de 10 000 personnes chaque année, d’où l’importance accordée à la lutte contre le tabagisme.

Les travaux de l’INSPQ visent principalement à soutenir la mise en œuvre du Plan québécois de lutte contre le tabagisme (PQLT), du Plan québécois de prévention du tabagisme chez les jeunes (PQPT) et du Plan québécois d’abandon du tabagisme (PQAT). Ils incluent notamment la réalisation d’activités de veille scientifique, de synthèse de connaissances, de surveillance et de monitorage du PQLT, d’évaluation du PQPT et du PQAT, de même que des activités de recherche interventionnelle.


Nutrition, activité physique et problèmes liés au poids

L’alimentation et l’activité physique exercent une profonde influence sur l’état de santé et de bien-être. Ces deux déterminants de la santé sont en effet reliés à plusieurs problèmes de santé importants dont l’obésité, les maladies cardiovasculaires, certains cancers, le diabète de type 2 et l’ostéoporose.

Nos travaux portent principalement sur la documentation, l’analyse et la modification des déterminants environnementaux, notamment dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’aménagement bâti et des aspects socioculturels associés aux habitudes de vie et à la problématique du poids.
Ils incluent des activités de veille scientifique, d’analyse de politiques publiques, de transfert de connaissances, de documentation des caractéristiques environnementales associées aux habitudes de vie et de développement conceptuel sur les facteurs socioculturels associés aux problèmes de poids. La surveillance, l’évaluation et la recherche au service de la prévention des problèmes reliés au poids font également partie de la programmation de l’INSPQ.


Alcool, drogue, jeux de hasard et d’argent

La consommation d’alcool et de drogues illicites arrivent respectivement aux deuxième et huitième rangs des facteurs de risque de mortalité et de morbidité dans les pays développés.

A l’INSPQ, les travaux sur l’alcool, les drogues, les jeux de hasard et d’argent sont principalement axés sur l’amélioration des politiques publiques et des pratiques de prévention. Pour répondre aux besoins du milieu, nous collaborons à diverses productions scientifiques en lien avec la surveillance de la consommation d’alcool et de drogues et de la pratique des jeux de hasard et d’argent. Nous réalisons des travaux visant l’identification et l’analyse des déterminants de la consommation de ces produits et de leurs conséquences (politiques publiques, pratiques commerciales, représentations et normes sociales, déterminants psychosociaux) et nous pilotons des projets visant le développement et l’évaluation d’interventions de prévention, en particulier auprès des jeunes.


Santé dentaire

Les maladies buccodentaires peuvent avoir des conséquences physiologiques, psychosociales et économiques très importantes. Elles sont également associées à certaines maladies systémiques telles que les maladies cardiovasculaires et le diabète. L’INSPQ conduit des travaux en lien avec la surveillance de l’état de santé buccodentaire et de ses déterminants, offre de l’expertise conseil en matière d’utilisation optimale des fluorures (ex. : fluoration de l’eau potable) et soutient le ministère de la Santé et des Services sociaux et le réseau de la santé publique dans la stratégie de promotion de la fluoration de l’eau potable et la mise à jour du Plan d’action de santé dentaire publique. L’INSPQ assume aussi, depuis janvier 2010, la direction scientifique des Journées de santé dentaire publique du Québec, événement reconduit aux deux ans.


Santé reproductive et prévention des grossesses non désirées

En 2006, le Québec affichait le quatrième taux d’interruption volontaire de grossesse le plus élevé au Canada. Depuis, le taux d’interruption volontaire de grossesse au Québec a constamment diminué, en particulier chez les femmes de moins de 30 ans.

Les activités autour de la santé reproductive et de la prévention des grossesses non désirées visent donc à maintenir la réduction des taux de grossesses à l’adolescence et d’interruptions volontaires de grossesse au Québec. Les travaux dans ce champ d’activités ont pour objectif de soutenir la mise à jour d’un modèle provincial d’ordonnances collectives de la contraception hormonale et de poursuivre la formation des professionnels - autres que les médecins - agissant dans la mise en oeuvre de ces ordonnances. Ils visent également à évaluer la formation en ligne et les effets des nouvelles pratiques cliniques en contraception hormonale. Enfin, ils permettent d’exercer la surveillance des taux de grossesse à l’adolescence et des interruptions volontaires de grossesse.