Réseau SurvUDI 1995-2017

Infections par le VIH et par le VHC chez les personnes UDI

Réseau SurvUDI

Le réseau SurvUDI est un réseau de surveillance épidémiologique chez les utilisateurs de drogues par injection (UDI) implanté au Québec et à Ottawa depuis 1995. Son objectif est la surveillance des infections par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et par le virus de l’hépatite C (VHC) parmi les personnes UDI ainsi que le suivi des facteurs de risque de ces infections.

Plusieurs changements ont été observés au cours des années, et les analyses effectuées ont souvent permis d’adapter les interventions auprès des personnes UDI.

Rapport sommaire - Données au 31 mars 2017

  • La cocaïne demeure la drogue injectée par la plus grande proportion des participants, suivie par les médicaments opioïdes, l’héroïne et le crack/freebase.
  • Une hausse importante de l’injection de médicaments opioïdes a été observée dans le réseau SurvUDI depuis quelques années. Elle est maintenant fréquente (63,6 %), surtout chez les jeunes de 24 ans et moins. Cette injection de médicaments opioïdes pourrait présenter des enjeux particuliers pour le risque de transmission du VIH et du VHC
  • La proportion de participants qui a déclaré s’être injecté avec des seringues déjà utilisées par d’autres dans les six derniers mois était de 43,4 % en 1995 et de 16,4 % en 2016, soit une diminution statistiquement significative de près de 62 % (p < 0,001). Cette diminution encourageante s'est arrêtée en 2010-2011, ce qui est préoccupant et rappelle l'importance du maintien des efforts de prévention à long terme.
  • Après une diminution importante observée entre 1995 et 2002, le taux d’incidence du VIH est maintenant relativement stable à un niveau très faible. Il était de 0,1 par 100 personnes-années en 2015.
  • Une diminution statistiquement significative du taux d’incidence du VHC a été observée entre 1998 et 2011, mais une augmentation significative a été observée de 2011 à 2015. Les taux d'incidence observés au cours des dernières années sont très élevés, soit environ 20,0-25,0 par 100 personnes-années.
  • En 2016, 4,2 % des participants infectés par le VIH, de même que 14,3 % de ceux ayant des anticorps contre le VHC l’ignoraient.
  • Entre 2003 et 2015, la prise en charge et le traitement se sont améliorés de façon importante pour le VIH, mais peu pour le VHC.

 

Les deux premières cibles d’ONUSIDA pour 2020 ont été atteintes chez les participants à SurvUDI en 2016, soit au moins 90 % des personnes infectées par le VIH connaissant leur statut de séropositivité et 90 % de celles-ci prenant des médicaments antirétroviraux au moment de la participation. Ces résultats soulignent le travail soutenu des cliniciens et des autres intervenants en réduction des méfaits. Plus de 95 % des participants infectés par le VIH sont sous traitement en 2016, ce qui a certainement contribué de façon importante à diminuer le taux d'incidence du VIH, en combinaison avec les autres activités de prévention.

La hausse de l’injection du Dilaudid© est inquiétante car le risque de dépendance est très important, et la consommation d’un comprimé ou d’une capsule non prévus pour l’injection peut nécessiter jusqu’à trois ou quatre injections, ce qui augmente le nombre de manipulations et le risque de partage accidentel de matériel. Cette tendance doit être surveillée attentivement afin de réduire les risques d’infection parmi les personnes qui s’injectent ces médicaments normalement conçus pour un usage per os. Rappelons également que le MSSS avait développé des outils pour les intervenants, à partir de l'avis de l'INSPQ. Il y a un guide spécifique pour le matériel pour les médicaments opioïdes en lien sur la page 'Chacun son kit, s'injecter à moindre risque'. N'hésitez pas à le consulter.

Les efforts doivent se poursuivre pour augmenter l’utilisation de matériel d’injection stérile, et adapter le matériel distribué aux changements dans les drogues consommées. La promotion du dépistage régulier du VIH et du VHC ainsi que la prise en charge doivent également demeurer des priorités.

Vous pouvez trouver le rapport sommaire ici, et télécharger la présentation power point des principaux résultats ici.

Rédigée par : 

Karine Blouin – Unité ITSS

Catégorie(s):