• 8 juillet 2011

    En juillet dernier se tenait à Montréal la 26e Conférence internationale sur le virus du papillome humain. Plus de 1 800 chercheurs, cliniciens et professionnels de la santé publique provenant du monde entier y étaient réunis pour partager leurs connaissances les plus à jour sur le VPH ainsi que sur les moyens de prévenir les complications potentielles à la suite d’une infection par ce virus.

    Il est maintenant possible d’écouter ou de réécouter les présentations des conférenciers en vidéo sur le site Web de l’événement.

    Comme la manne de matériel est importante, Espace ITSS a posé un regard critique sur les principales présentations du congrès et vous propose ici une liste des communications phares en précisant en quelques mots les thèmes abordés dans chacune d’entre elles.

    Notre sélection a été faite dans l’optique de procurer aux professionnels de santé publique un vaste aperçu des avancées dans le monde de la prévention, du dépistage et du traitement du VPH.

    Saisissez l’occasion pour parfaire vos connaissances sur le VPH, l’ITSS la plus répandue dans le monde :

  • 5 juillet 2011

    Quelques faits saillants du 25e Congrès européen de l’International Union against Sexually Transmitted Infections (IUSTI).

    Du 23 au 25 septembre 2010 se tenait à Tbilisi en Géorgie le 25e Congrès européen de l’International Union against Sexually Transmitted Infections (IUSTI). Au cours de ces 3 jours, des sujets particuliers ont attiré l’attention des quelque 1 000 participants présents, notamment la situation préoccupante de deux ITSS bactériennes : la gonorrhée et la chlamydia.

    Lors du congrès, il a été question de la résistance aux antibiotiques pour traiter la gonorrhée. L’augmentation de la concentration minimale inhibitrice des gonocoques à plusieurs antibiotiques dont la cefixime et l’azithromycine inquiète, car il y a peu de solutions de rechange. Par ailleurs, la situation inquiétante des diagnostics de chlamydia est sensiblement la même dans plusieurs pays. Ainsi, bien que très peu de cas de résistance aient été observés chez les patients jusqu’ici, les programmes de surveillance demeurent en veille intensive.

  • 29 juin 2011

    Extrait des Lignes directrices canadiennes sur les ITS (ASPC)

    En vue de cerner ou d’exclure rapidement les principaux facteurs de risque d’ITS, les Lignes directrices canadiennes sur les ITS propose le court questionnaire suivant :

    « Une partie de mon travail consiste à évaluer les problèmes de la santé sexuelle et reproduction. Bien sûr, tout ce dont nous discutons aujourd’hui demeure strictement confidentiel. Si vous êtes d’accord, je voudrais vous poser quelques questions à ce sujet.

  • 8 novembre 2010

    Comité sur l’immunisation du Québec

    Rédacteurs : Chantal Sauvageau et Vladimir Gilca

    Thème

    Cet avis présente les recommandations du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) quant à la pertinence d’élargir l’accès à la vaccination gratuite contre les virus du papillome humain (VPH) aux femmes âgées de 18 ans et plus.

    L’évaluation porte plus précisément sur trois groupes :

    • les femmes infectées par le VIH;
    • les femmes immunosupprimées et
    • les femmes fréquentant les refuges.

    L’avis analyse également la situation d'autres groupes pouvant présenter des risques particuliers liés aux VPH.

    Public cible

    Rédigé à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, ce document est intéressant pour les intervenants, chercheurs et décideurs en santé publique, particulièrement ceux travaillant dans le domaine de la prévention des maladies évitables par la vaccination, dans celui des infections transmises sexuellement ou encore dans celui du cancer.

  • 4 décembre 2009

    Lina Noël, François Gagnon, Amélie Bédard, Ève Dubé

    Thème

    Le service d’injection supervisée (SIS) est une mesure de santé publique visant à réduire les méfaits reliés à l’usage inapproprié de drogues par injection. Dans les pays où ils ont été implantés, ces services font partie d’une stratégie globale pour assurer la prise en charge des personnes aux prises avec un problème de dépendance ayant des répercussions sur l’individu et sur la collectivité.

    Au Québec, depuis 2008, le service d’injection supervisée est une activité inscrite au Programme national de santé publique afin de lutter contre les épidémies de VIH et de VHC chez les personnes utilisatrices de drogues par injection (UDI).

    Cet avis, réalisé par l’Institut national de santé publique du Québec et un groupe d’experts, porte sur les principaux aspects entourant la mise en œuvre des services d’injection supervisée à partir des expériences menées ailleurs dans le monde et sur les données issues de la littérature scientifique sur les effets de ces services.

Pages

L’étude PIXEL a été menée en 2013-2014 par l’Institut national de santé publique du Québec. Elle vise à décrire 1) diverses activités sexuelles des jeunes adultes québécois, 2) leur accès aux services en santé sexuelle, 3) leur état de santé sexuelle, apprécié selon trois indicateurs : la prévalence d’ITS, les antécédents de grossesse non planifiée et le bien-être sexuel. Consultez notre dossier complet au www.inspq.qc.ca/pixel

Qui sont les participants? 3 000 jeunes âgés de 17 à 29 ans, dont 2 300 jeunes ayant déjà eu une relation sexuelle au cours de leur vie. Ils ont été recrutés dans divers types d’établissements de formation de neuf régions administratives du Québec.

Certains résultats sont présentés par sexe (homme, femme) et/ou par groupe d’âge (17-20, 21-29 ans). Dans le groupe des 21-29 ans, la plupart des participants (88 %) sont âgés entre 21 et 25 ans.

Souscrire à