• 1 mai 2009

    Patricia Goggin, Marie-Hélène Mayrand et collaborateurs

    Thème

    Ce rapport portant sur le dépistage du cancer du col de l’utérus s’inscrit dans la foulée des travaux sur la prévention des maladies causées par les virus du papillome humain (VPH). Il fait suite à l’avis intitulé Prévention par la vaccination des maladies attribuables aux virus du papillome humain au Québec publié par l’Institut national de santé publique du Québec en 2007, et à l’élaboration d’un devis d’évaluation du programme de vaccination implanté au Québec.

    Cet avis a pour objectif de repréciser la pertinence du dépistage du cancer du col utérin à l’ère de la vaccination et, surtout, d’identifier les conditions, stratégies et moyens pour maximiser l’efficacité et l’efficience du dépistage de ce cancer au Québec.

  • 2 mai 2008

    Thème

    Le Programme national de santé publique (PNSP) définit les activités à mettre en œuvre afin d’agir sur les déterminants qui influencent la santé de la population dans ses dimensions physique et psychosociale. Il constitue un outil structurant qui favorise la cohérence des pratiques en santé publique et un puissant levier pour renforcer les actions de prévention au sein du système de santé et des services sociaux.

    Le PNSP permet de mettre en place un ensemble des services de santé publique communs à toutes les régions et à tous les territoires du Québec, mais adaptés localement aux particularités et aux besoins spécifiques.

    La mise à jour 2008 du PNSP, appuyée par les connaissances scientifiques, assure la continuité des pratiques de santé publique menées jusqu’ici et tient également compte des transformations connues par le réseau de la santé et des services sociaux depuis quelques années.

  • 31 octobre 2007

    Thème

    Comme la majorité des personnes avec un diagnostic d’hépatite C au Québec sont des utilisateurs de drogues par injection, les clientèles à traiter présentent souvent des situations complexes de santé. Cette étude vise à mieux définir les besoins des personnes atteintes du virus de l’hépatite C (VHC) et à fournir des pistes d’actions pour la mise en place des services adaptés à cette clientèle.

    Bien souvent, les personnes infectées par le VHC n’en ressentent pas à court terme les effets, mais peuvent devenir des porteurs chroniques et risquent de transmettre l’infection. Certains porteurs chroniques développeront des complications qui nécessiteront des hospitalisations et des traitements onéreux.

Pages

Souscrire à