Counseling

  • Les professionnels de la santé ont-ils une obligation légale d’offrir le counseling post-test?

    Le counseling fait partie de la bonne pratique en matière de dépistage des ITSS. Il peut être fait au moment de la visite initiale (pré test) ou de la visite de suivi (au moment de la remise des résultats).

    Les médecins, infirmières et sages-femmes doivent exercer leur profession conformément aux lois qui les régissent (Loi médicale, Loi sur les infirmières et les infirmiers, Loi sur les sages-femmes), en respectant leur code de déontologie. Ces codes de déontologie précisent que les professionnels doivent exercer selon les normes de pratique reconnues.

    Au Québec, le Guide québécois de dépistage des ITSS définit les normes de bonne pratique en matière de dépistage et énumère les éléments qu’il faut prendre en compte afin d’adapter l’intervention aux différents contextes. L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, l’Ordre des sages-femmes du Québec ainsi que le Collège des médecins du Québec reconnaissent que ce guide constitue l’ouvrage de référence privilégié, au Québec, pour tous les professionnels de la santé qui sont appelés à intervenir dans le domaine du dépistage des ITSS, quel que soit leur lieu de pratique, et pour tous ceux qui participent à la gestion des programmes de dépistage des ITSS.

    Source :

  • Le counseling post-test est-il toujours nécessaire?

    La visite de suivi permet de communiquer les résultats des analyses à la personne et d’effectuer ou de consolider un counseling préventif. Que le résultat des analyses soit positif ou négatif, la visite de suivi permet d’aborder les sujets suivants:

    • utilisation adéquate et systématique du condom et pratiques d’activités sexuelles à moindre risque,
    • habitudes de consommation d’alcool et de drogues et moyens pour réduire les méfaits associés à la consommation,
    • immunisation,
    • autres éléments en lien avec la santé sexuelle et les ITSS, ex.: contraception, information sur la prophylaxie pré ou post-exposition.

    Si le résultat d’une analyse est positif pour une ITSS, 4 éléments additionnels sont abordés :

    • information sur l’infection et le traitement,
    • counseling pour diminuer le risque de transmission et les réinfections,
    • counseling pour prévenir l’apparition de complications (information sur le traitement, favoriser la prise optimale du traitement et la consultation d’un médecin ou d’une IPS, si indiqué, etc.),
    • soutien pour la notification des partenaires.

    Les éléments abordés au moment de la visite de suivi et du counseling post-test peuvent varier selon les facteurs de risque de la personne, la fréquence des suivis prévus, la relation de confiance et l’ouverture de la personne à ce type d’intervention. Le professionnel doit déterminer quelles sont les interventions pertinentes pour un individu donné, c’est ce qui devrait déterminer si le counseling est pertinent ou pas, si oui, quels sujets doivent être abordés, etc. 

    Source :

  • Quels sont les objectifs du counseling?

    Dans le contexte de la lutte contre les ITSS, le counseling vise :

    • à favoriser l’adoption et le maintien de comportements sécuritaires;
    • à soutenir la prise de décision quant à l’immunisation et au dépistage;
    • à créer des conditions favorables au succès du traitement de l’infection;
    • à favoriser la participation de la personne atteinte à la démarche visant l’intervention préventive auprès de ses partenaires. » 

    Source :

  • La remise des résultats et counseling post-test doivent-ils toujours se faire en personne?

    Pour le VIH et les autres ITSS, la visite de suivi permet d’atteindre plusieurs objectifs. L’objectif du dépistage n’est pas seulement de savoir si, à un moment donné, une personne est infectée ou pas. C’est une intervention qui permet d’offrir différentes interventions pour s’assurer qu’une personne non infectée le demeure et qu’une personne infectée est adéquatement prise en charge, suivie et qu’elle ne se réinfecte pas. Ainsi, selon la situation, la visite de suivi sera plus courte ou plus longue. Dans certaines situations, les résultats du dépistage d'ITS bactériennes pourraient être transmis par téléphone. Il appartient au professionnel de déterminer, compte tenu des éléments à aborder et des besoins de la personne, si cette modalité est la plus appropriée.

    En 2013, à la suite du suicide d’une personne ayant appris au téléphone le résultat positif de son test VIH, le coroner avait souligné l’importance du counseling pré et post-test et avait indiqué que cette tâche nécessitait temps, professionnalisme, et empathie, plus facile à témoigner dans un cadre face à face. Le Comité ITSS de l’INSPQ fait actuellement des travaux pour optimiser le dépistage du VIH et compte se pencher sur les moyens de transmission du résultat déjà discutés dans l’avis qu’il a publié en 2011 (www.inspq.qc.ca/publications/1324).

    Nous aurons donc des éléments plus précis, pour le VIH, à ce moment.

    Source :