• 20 mars 2012

    La prévention des ITSS en milieu carcéral représente un important défi alors que 3,4 % des personnes incarcérées dans les établissements de détention provinciaux du Québec seraient infectées par le VIH et 18,5 % par le virus de l'hépatite C. 

    Après avoir décrit la problématique dans les établissements de détention au Québec, la vidéo présente les points de vue des secteurs de la santé publique et de la sécurité publique qui ont permis d'envisager la mise en place d'un programme d'échange de seringues à la prison de Champ-Dollon (Genève, Suisse).

    Pour visionner la vidéo: www.aitq.com/documentation/videos.htm

    Bonne réflexion!

  • 19 mars 2012

    La gonorrhée est une ITS d’origine bactérienne qui affecte les hommes et les femmes. Cette ITS, lorsque non compliquée, peut être traitée aisément.

    Malheureusement, certaines souches de la bactérie ont à présent acquis une résistance ou sont moins sensibles aux antibiotiques habituellement recommandés. Cela, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde, oblige à revoir la prise en charge des cas de gonorrhée. 

    À titre d’exemple, parmi les souches isolées au Québec et acheminées au LSPQ dans le cadre du Programme de surveillance de la résistance, 8 % exprimaient une sensibilité réduite à la céfixime (concentration minimale inhibitrice de 0,12 ou 0,25 mg/L) en 20101 et 14 % en 20112.

    NOUVEAUX TRAITEMENTS

    Les recommandations publiées récemment par l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) indiquent dès maintenant les traitements suivants pour les infections gonococciques :

  • 14 mars 2012

    Un but commun

    Le Boterf souligne que les compétences collectives sont une résultante de la coopération et de la synergie qui existent entre les acteurs concernés par une problématique ou un projet collectif.

    En d’autres termes, les compétences collectives sont plus que l’addition des compétences de chacun. Elles émergent d’un processus dynamique entre des individus qui ont la capacité et la volonté de travailler ensemble pour s’entendre sur ce qui doit être fait et sur la meilleure façon de collaborer pour le faire.

    Cette conjugaison de savoirs différents et surtout leur agencement, c’est-à-dire la combinaison spécifique entre les ressources individuelles et les ressources du milieu, caractérisent le travail en réseau. Cet amalgame de connaissances et de moyens favorise le développement des compétences collectives et génère de nouveaux savoirs.

    Un milieu propice

    Pour les gestionnaires, il est important de créer des conditions et un environnement favorable afin que ces combinaisons de ressources puissent se construire et se mettre en œuvre. Ce n’est pas une démarche spontanée ou improvisée.

    Catégories: Travail en réseau
  • 14 mars 2012

    La diversité et la complexité des défis rencontrés à travers les activités de prévention, de dépistage, de traitement et de suivi des ITSS auprès des populations vulnérables signifient qu’il ne suffit plus d’adopter des approches basées seulement sur les compétences individuelles des intervenants ou des gestionnaires. La caractéristique fondamentale de l’approche populationnelle est précisément sa dimension collective. Bien que le système de la santé et des services sociaux soit formé d’acteurs affichant des profils différents (formations professionnelles distinctes, domaines de spécialisation variés, expériences particulières), leur complémentarité représente l’essence même de ses compétences en tant qu’institution.

    Catégories: Travail en réseau
  • 14 mars 2012

    Texte tiré du Bulletin québécois de vigie et d'intervention des maladies infectieuses, MSSS, édition de février 2012.

    Hausse des cas de syphilis infectieuse chez la femme au Québec

    Au début de l’année 2011, la survenue du premier cas de syphilis congénitale depuis dix ans chez un nouveau-né de mère d’origine québécoise1 a souligné la pertinence de se préoccuper de l’augmentation de la syphilis infectieuse chez les femmes, en particulier celles en âge de procréer.

    La syphilis infectieuse connaît une résurgence depuis le début des années 2000. Après être demeuré relativement stable entre 2006 et 2009, le nombre de cas a augmenté de près de 60 % entre 2009 et 2011. La grande majorité des cas sont des hommes, particulièrement des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH). Toutefois, depuis 2009, le nombre de cas déclarés a également augmenté chez les femmes, passant d’une moyenne annuelle de 0 à 2 cas entre 1998 et 2002 à 17 cas en 2009, 26 cas en 2010 et 25 cas en 2011.

Pages

Souscrire à