Infección estreptocócica

  • 13 Agosto 2004

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) / Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) débutait en novembre 1995 la surveillance active des souches de Streptococcus pneumoniae isolées de sites normalement stériles avec la collaboration de tous les centres hospitaliers du Québec susceptibles d'isoler du pneumocoque de ces sites.

    De plus, plusieurs centres hospitaliers ont été identifiés comme centres sentinelles (n = 24 en 2002). Leur collaboration se traduit par l'envoi de toutes leurs souches de pneumocoque isolées de sites normalement stériles quelle que soit leur sensibilité à la pénicilline G, accompagnées des renseignements suivants : données démographiques du patient, foyer infectieux et devenir du patient.

    Toutes les souches envoyées au LSPQ...

  • 24 Septiembre 2003

    Les enfants et particulièrement ceux de moins de 2 ans présentent un risque important d'infections à pneumocoque. Elles se manifestent surtout par la bactériémie, la méningite, la pneumonie et l'otite moyenne aiguë. Les taux d'infections pneumococciques invasives les plus élevés surviennent chez les jeunes enfants. Le taux d'incidence d'infections invasives à pneumocoque est maximal chez les enfants âgés entre 6 et 11 mois; il est estimé à 118 cas par 100 000 annuellement pour les nourrissons québécois. Pour les otites moyennes aiguës, l'incidence atteint 118 cas par 100 personnes-années dans ce même groupe, et on considère que 30 à 40 % des otites sont causées par le pneumocoque. Bien que tous les jeunes enfants du Québec soient à risque, ceux du Nunavik sont particulièrement...

  • 20 Junio 2003

    Cette enquête vise à fournir aux décideurs et aux intervenants du domaine de la santé l'information nécessaire à la planification du programme de vaccination contre l'influenza et le pneumocoque. Elle cherche également à favoriser l'adoption de mesures et de comportements susceptibles de réduire les effets néfastes de ces maladies et des coûts, tant sociaux que financiers, qui leur sont associés.

  • 7 Agosto 2002

    Dans la foulée des projets spéciaux de vaccination contre l’influenza et le pneumocoque de 1999-2000, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) annonçait, au printemps 2000, son intention d’intensifier ces mesures particulières et d’élargir la population ciblée par la vaccination contre l’influenza. En conséquence, un financement de projets spéciaux de vaccination a été offert à nouveau en 2000-2001 afin d’en améliorer l’accessibilité par l’ajout de cliniques, de personnel ou de plages horaires et par des activités dédiées spécifiquement à la vaccination contre la grippe des membres du personnel des établissements de soins. Le présent rapport vise à évaluer les projets spéciaux de 2000-2001.

    Pour l’ensemble du Québec, la participation des régions et des...

  • 5 Agosto 2002

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) offre aux établissements du réseau de la santé des programmes de surveillance de laboratoire ciblant, entre autres, les infections causées par le méningocoque, le pneumocoque, la salmonelle, le streptocoque β-hémolytiques du groupe A, Escherichia coli O157:H7, Haemophilus influenzae et Listeria monocytogenes, ainsi que la tuberculose, la gonorrhée, la grippe et autres infections respiratoires virales, la maladie de Lyme et le VIH, le tout en collaboration avec les laboratoires des centres hospitaliers.

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ)/Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) débutait en novembre 1995 la surveillance active des souches de Streptococcus pneumoniae isolées de sites normalement...

  • 8 Febrero 2002

    La mise en place, à l’automne 1999, des projets spéciaux de vaccination contre l’influenza et le pneumocoque fut une première. Les projets ont permis de mobiliser les CLSC et les CH du Québec afin d’améliorer l’accessibilité à la vaccination pour une petite portion de la population ciblée par les programmes. Même si la contribution des projets spéciaux semble modeste, les personnes nouvellement rejointes par ce type d’intervention ne le sont qu’au prix d’efforts importants. Il s’agit, en effet, bien souvent, d’une population plus réfractaire. Il reste donc encore beaucoup à faire afin d’améliorer les couvertures vaccinales. L’autre moitié des Québécois de 65 ans ou plus qui n’ont pas été vaccinés contre la grippe en 1999-2000, est probablement composée d’individus encore plus...

  • 24 Octubre 2001

    Ce programme de surveillance permet de cumuler de l’information pertinente concernant l’épidémiologie des infections invasives à Streptococcus pyogenes confirmées en laboratoire, notamment sur l’incidence de ces infections, le taux de létalité, leur répartition selon l’âge, le sexe et la région socio-sanitaire, les diagnostics associés, les sérotypes des souches ainsi que leur profil de sensibilité aux antibiotiques. Ces informations pourront aider à mieux connaître l’ampleur et la sévérité des infections et à suivre les tendances concernant la sensibilité aux antibiotiques des souches. Elles permettront également d’évaluer la prévalence des types de protéines M qui constituent des facteurs majeurs de virulence de Streptococcus pyogenes.

    Dans le cadre du programme de...

  • 4 Octubre 2001

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ)/Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) débutait en novembre 1995 la surveillance active des souches de Streptococcus pneumoniae isolées de sites normalement stériles avec la collaboration de tous les centres hospitaliers du Québec susceptibles d'isoler du pneumocoque de ces sites.

    De plus, 26 centres hospitaliers ont été identifiés comme centres sentinelles. Leur collaboration se traduit par l'envoi de toutes leurs souches de pneumocoque isolées de sites normalement stériles quelle que soit leur sensibilité à la pénicilline G, accompagnées des renseignements suivants : données démographiques du patient, foyer infectieux et devenir du patient.

    Toutes les souches envoyées au LSPQ sont caractérisées quant à...

Páginas

Suscribirse a Infección estreptocócica