Infección estreptocócica

  • 25 Mayo 2009

    En décembre 2008, un nouveau vaccin antipneumococcique a été homologué au Canada (VPC-10). Un vaccin plus ancien est utilisé au Québec pour la vaccination de routine des enfants (VPC-7). Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a demandé au Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) de préparer rapidement un avis sur la pertinence de ce vaccin et de répondre aux trois questions suivantes :

    1. Peut-on considérer l'ancien et le nouveau vaccins comme équivalents pour prévenir les infections invasives causées par les sept sérotypes de Streptococcus pneumoniae?
    2. Peut-on les considérer comme interchangeables au niveau de la primovaccination?
    3. Considère-t-on que l'un ou l'autre des vaccins présente des avantages suffisamment...
  • 6 Agosto 2008

    Les infections invasives à Streptococcus pneumonieae (IIP) sont relativement fréquentes et affectent aussi bien l’enfant que l’adulte avec toutefois une incidence plus élevée aux extrêmes d’âge. En 1996, le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) a mis sur pied un programme de surveillance en laboratoire des souches invasives de Streptococcus pneumoniae en étroite collaboration avec les laboratoires hospitaliers du Québec. Cette surveillance permet de suivre l’incidence des IIP, la résistance aux antibiotiques et le sérotype des souches, données indispensables pour évaluer l’impact des programmes d’immunisation et formuler des recommandations quant au traitement.

    Il existe plus de 90 sérotypes de pneumocoque. Des vaccins contenant les sérotypes les plus fréquemment...

  • 25 Enero 2008

    En décembre 2004, le ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec implantait un programme universel d'immunisation contre le pneumocoque avec le vaccin pneumococcique conjugué heptavalent (VPC-7). Le calendrier comprend 3 doses plutôt que les 4 recommandées par le fabricant. L'objectif du projet actuel consiste à évaluer l'impact de ce programme sur les infections invasives à pneumocoque (IIP). Il comporte une mesure de la couverture vaccinale, un suivi continu d'indicateurs de surveillance et une mesure de l'efficacité vaccinale. Cinq sources d'information serviront à évaluer l'impact du programme soit une étude de la couverture vaccinale, les déclarations d'IIP dans le fichier des maladies à déclaration obligatoire, les données de surveillance en laboratoire et les données...

  • 31 Julio 2007

    Les principaux faits saillants du programme de surveillance en laboratoire des infections invasives à pneumocoque de 2006 se résument ainsi :

    A. Surveillance globale pour l'ensemble de la population du Québec

    • L'incidence des infections invasives à pneumocoque, basée sur la déclaration des 104 laboratoires hospitaliers, s'établit à 11,5 cas/100 000 habitants par rapport à 13,8 cas en 2005 et à 16,5 cas en 2004.
    • La proportion des sérotypes inclus dans le vaccin 23-valent (incluant le 6A) chez les personnes de 65 ans et plus est de 87,2 % en 2006 comparativement à 81,1 % en 2005 et à 91,3 % en 2004.
    • La distribution des sérotypes continue à évoluer. Le sérotype 14, toujours au premier rang de 1996 à 2004, avait été remplacé par le...
  • 22 Mayo 2007

    Entre février et juin 2002, une campagne de vaccination de masse avec le vaccin pneumocoque polysaccharidique 23-valent (VPP-23) a été réalisée afin de contrôler une épidémie de pneumonie sévère, causée par une souche virulente de Streptococcus pneumoniae de sérotype 1 au Nunavik, province de Québec.

    Notre étude a pour objectif d'évaluer l'impact de cette campagne sur l'incidence des infections invasives à pneumocoque (IIP) et sur la fréquence des hospitalisations possiblement associées aux infections pneumococciques (HPAIP) dans la population âgée de 10 à 64 ans au Nunavik.

    Les cas d'IPP ont été recensés dans le fichier des maladies à déclaration obligatoire (MADO), qui contient les informations transmises par le Laboratoire de Santé publique du Québec. Les...

  • 1 Noviembre 2006

    Le Streptococcus pneumonaie est un pathogène qui continue d’être responsable de nombreux cas d’infections graves telle la pneumonie et la méningite, particulièrement chez les jeunes enfants, les personnes âgées de 65 ans et plus ainsi que celles présentant des conditions médicales particulières. À ces infections sévères, sont associées de la morbidité et de la mortalité importante dans le traitement s’est vu compliqué compte tenu de l’augmentation de la résistance aux antimicrobiens notée à travers le monde.

    Le pneumocoque est une germe encapsulé qui est classifié en au moins 90 sérotypes. Cependant, la majorité des cas sont associés à un nombre plus restreint de sérotypes et au cours des ans, des vaccins ont été développés pour prévenir ces infections.  Un premier...

  • 17 Octubre 2005

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) / Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) débutait en novembre 1995 la surveillance active des souches de Streptococcus pneumoniae isolées de sites normalement stériles avec la collaboration de tous les centres hospitaliers du Québec susceptibles d'isoler du pneumocoque de ces sites.

    De plus, plusieurs centres hospitaliers ont été identifiés comme centres sentinelles (n = 24 en 2004). Leur collaboration se traduit par l'envoi de toutes leurs souches de pneumocoque isolées de sites normalement stériles quelle que soit leur sensibilité à la pénicilline G, accompagnées des renseignements suivants : données démographiques du patient, foyer infectieux et devenir du patient. Il est à noter que depuis janvier...

  • 14 Junio 2005

    In Canada, the first 7-valent pneumococcal conjugate vaccine (PCV-7) was licenced in 2001. The manufacturer's recommendation is to administer three doses at an early age for primary immunization and a booster dose during the second year (Wyeth-Ayerst Canada Inc. 2001). The recommendation of the National Advisory Committee on Immunization (NAIC) is to give 3 doses of vaccines at the same time as the other vaccines provided in the schedule at the ages of 2, 4 and 6 months, and the booster dose between 12 and 15 months (NAIC 2002). An economic analysis done for Canada indicated that such a program would significantly reduce the burden of disease in children, but that the cost-effectiveness indices, established for a purchase price of $58 per dose, were not favorable compared to other...

  • 27 Enero 2005

    À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, le présent avis a été préparé afin d'évaluer la pertinence d'un programme d'immunisation contre les infections pneumococciques de l'enfant comportant un nombre réduit de doses de vaccin pneumococcique conjugué 7-valent (VPC-7). Cet avis fait suite à un premier avis émis en 2002 et tient compte des résultats de nouvelles études. La stratégie de vaccination de routine qui comporte 4 doses de VPC-7 (2, 4, 6 et 12 mois) est celle qui sert de référence. Les stratégies qui lui sont comparées comportent trois doses administrées à l'âge de 2, 4 et 6 mois, ou à l'âge de 2, 4 et 12 mois, ou encore une stratégie comportant 2 doses administrées à 2 et 4 mois. Un modèle de simulation a été développé pour estimer les bénéfices...

  • 20 Diciembre 2004

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) / Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) débutait en novembre 1995 la surveillance active des souches de Streptococcus pneumoniae isolées de sites normalement stériles avec la collaboration de tous les centres hospitaliers du Québec susceptibles d'isoler du pneumocoque de ces sites. La collaboration de chaque laboratoire se traduit par :

    1. L'envoi mensuel sur formulaire du nombre total de souches-patients de S. pneumoniae isolées en laboratoire à partir de sites normalement stériles ainsi que l'information sur les sites de prélèvement;
    2. La mention du nombre de souches trouvées non sensibles à la pénicilline G;
    3. L'envoi des souches non sensibles à la pénicilline au LSPQ de la...

Páginas

Suscribirse a Infección estreptocócica