Comité sur les infections nosocomiales du Québec

Membres du comité

Boissonneault, Karine
Direction des soins infirmiers, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale

Doualla-Bell, Florence
Fafard, Judith

Laboratoire de santé publique du Québec

Dubreuil, Bruno
Services d'hygiène-salubrité, lingerie et déchets biomédicaux, Hôpital du Sacré-Coeur

Frenette, Charles
Centre universitaire de santé McGill

Galarneau, Lise-Andrée
Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec

Gourdeau, Marie
Roy, Marie-Claude
Trépanier, Pascale

Centre hospitalier universitaire de Québec - Université Laval

Grenier, Dominique
Hudson, Patricia

Massicotte, Josée
Villeneuve, Jasmin

Direction des risques biologiques et de la santé au travail

Laliberté, Denis
Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale

Longtin, Yves
Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Martin, Philippe
Microbiologie médicale et infectiologie, Maladies infectieuses, Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Moisan, Danielle
Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-St-Laurent

Paquet-Bolduc, Bianka
Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Paré, Renée
Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Perna, Silvana
Direction de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses, Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Savard, Patrice
Centre hospitalier de l’Université de Montréal

Membres de l’INSPQ participant au CINQ

Anctil, Geneviève
Charest, Josiane
Desjardins, Fanny
Parisien, Natasha
Richard, Chantal

Direction des risques biologiques et de la santé au travail

Prenez note que cette liste est par ordre alphabétique.

  • 9 Junio 2015

    L'application des mesures de prévention et contrôle des infections (PCI) dans les milieux d'hébergement et de soins de longue durée doit être adaptée aux caractéristiques propres à ces milieux, ainsi qu'à la clientèle qui y est hébergée.

    Pour les personnes résidant en hébergement de longue durée, le centre d'hébergement représente un milieu de vie. Bien que l'hébergement en milieu de vie substitut institutionnel soit de plus en plus réservé aux personnes qui présentent des pathologies complexes ou des incapacités motrices, sensorielles ou cognitives importantes, il doit demeurer un lieu de résidence convivial et agréable. Cette réalité module les interventions à réaliser en tant que milieu de soins. L'intensité des soins prodigués est habituellement différente de celle en...

  • 30 Marzo 2015

    Le Clostridium difficile est la principale cause infectieuse de diarrhée nosocomiale chez l’adulte et affecte 0,3-2 % des patients hospitalisés. L’épidémiologie, la pathogenèse, les manifestations cliniques, les facteurs de risque, le diagnostic et la prise en charge des cas de diarrhée associée au Clostridium difficile (DACD) ont fait l’objet d’une publication antérieure. L’incidence de la DACD est extrêmement variable d’un établissement à un autre et à l’intérieur même de l’établissement.

    Au cours de l’année 2003, une augmentation marquée de l’incidence, de la morbidité et de la mortalité de la DACD a été notée au Québec. Depuis 2004, des efforts considérables ont été déployés afin de contrôler cette infection. La mobilisation des professionnels en...

  • 25 Marzo 2015

    Every year, over 3 million patients, including many cases of transmissible infections, arrive at Québec's emergency departments on foot or by ambulance. In Québec, reference documents are available on emergency department organization and design. However, at present, there are few recommendations for infection prevention and control (IPC) in the literature that focus on practice in an emergency care setting.

    This document has been prepared in connection with Action 8 of the Ministère de la Santé et des Services sociaux' (MSSS) Plan d'action sur la prévention et le contrôle des infections nosocomiales 2010-2015 [2010-2015 Action plan for healthcare-associated infections prevention and control]. Its purpose is to make recommendations for IPC in the emergency departments of...

  • 9 Febrero 2015

    Le présent document relatif à la prévention des infections des voies urinaires associées aux cathéters élaboré par le Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) est différent des autres puisqu'aucune stratégie n'a été développée pour cette problématique par la campagne canadienne. Cette stratégie est, par conséquent, unique au Québec. Cependant, les pratiques cliniques exemplaires proposées sont tirées des lignes directrices reconnues.

    L'infection urinaire associée à l'utilisation d'un cathéter urinaire est l'infection nosocomiale la plus fréquente à travers le monde. Elle représente 40 % des infections nosocomiales aux États-Unis. Selon Mayhall ainsi que Al-Hasan, Eckel-Passow et Baddour 4 à 15 % des infections urinaires symptomatiques se compliquent d'une...

  • 8 Enero 2015

    L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) en collaboration avec l'Association québécoise d'établissements de santé et services sociaux (AQESSS), a eu le mandat de soutenir l'implantation, dans les établissements de santé, des stratégies de prévention des infections de la Campagne québécoise des soins sécuritaires.

    Grâce aux outils de la Campagne canadienne des soins de santé plus sécuritaires maintenant! (SSPSM) et en fonction des orientations du Comité des infections nosocomiales du Québec (CINQ), six stratégies sont déployées, soit :

    • l'hygiène et autres mesures de prévention des infections associées à une bactérie multirésistante;
    • la prévention des bactériémies associées aux cathéters centraux;
    • la prévention des bactériémies...
  • 11 Diciembre 2014

    Cette fiche présente une mise à jour des recommandations du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Les caractéristiques de l'évolution de l'épidémie en Afrique de l'Ouest corroborent la notion de transmission par contact et par gouttelettes. La transmission par voie aérienne, entre autre lors des activités générant des aérosols (AGA), demeure théorique. Toutefois, tenant compte de la létalité élevée et de la contamination de l'environnement par les liquides organiques (sang, vomissements, selles, etc.), le CINQ recommande un niveau de mesures plus élevé. Cette mise à jour tient compte des dernières recommandations émises par les Centers for Disease Control and...

  • 10 Noviembre 2014

    Cette fiche présente les recommandations du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Nonobstant la transmission de la maladie par contact et gouttelettes, le CINQ propose des mesures plus importantes pour prendre en compte une possible transmission aérienne, une contamination importante de l'environnement par le sang, les liquides organiques, les sécrétions ou les excrétions ainsi qu'une létalité élevée de la maladie à virus Ebola.

    Les hôpitaux doivent mettre en place les mesures nécessaires afin d'empêcher toute transmission de la maladie à virus Ebola. La quantité de matériel à se procurer pourra différer selon qu'un hôpital soit désigné ou non pour la prise en...

  • 26 Septiembre 2014

    Cette fiche présente les recommandations du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Nonobstant la transmission de la maladie par contact et gouttelettes, le CINQ propose des mesures plus importantes pour prendre en compte une possible transmission aérienne, une contamination importante de l'environnement par le sang, les liquides organiques, les sécrétions ou les excrétions ainsi qu'une létalité élevée de la maladie à virus Ebola.

    Les hôpitaux doivent mettre en place les mesures nécessaires afin d'empêcher toute transmission de la maladie à virus Ebola. La quantité de matériel à se procurer pourra différer selon qu'un hôpital soit désigné ou non pour la prise en...

  • 29 Agosto 2014

    An outbreak of Ebola virus disease has been ongoing in West Africa since March 2014. It is the largest outbreak known to date. Although low, the threat of importing Ebola virus disease cannot be excluded. Ebola virus disease has a fatality rate of 50% to 90%.

    This fact sheet sets out the recommendations of the Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) for Ebola virus disease prevention and control measures for Québec hospitals. Notwithstanding the transmission of the disease through contact and droplets, the CINQ recommends stronger measures to take into account possible airborne transmission, significant environmental contamination by blood, body fluids, secretions or excretions, and high Ebola virus disease fatality.

    Hospitals must implement the measures...

  • 20 Agosto 2014

    Une épidémie de maladie à virus Ebola sévit en Afrique de l’Ouest depuis mars 2014. Il s’agit de la plus importante épidémie connue à ce jour. Bien que faible, le risque d’importation de la maladie à virus Ebola ne peut pas être exclu. La maladie à virus Ebola se caractérise par une létalité de 50 à 90 %.

    Cette fiche présente les recommandations du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Nonobstant la transmission de la maladie par contact et gouttelettes, le CINQ propose des mesures plus importantes pour prendre en compte une possible transmission aérienne, une contamination importante de l’environnement par le sang, les liquides organiques, les sécrétions ou...

Páginas

Suscribirse a Comité sur les infections nosocomiales du Québec