Étude sur le lien entre l’exposition aux polluants industriels et les hospitalisations pour problèmes respiratoires chez de jeunes enfants

  • La population étudiée était constituée de 2868 enfants du Québec et de la Colombie-Britannique admis à l’hôpital pour complications respiratoires de 2002 à 2010.
  • Les résidences de ces enfants étaient dispersées autour de 71 industries majeures, et la majorité des cas étaient exposés à plus d’un type de polluants.
  • La population habitant dans un rayon de 7,5 km était plus importante au Québec qu’en Colombie-Britannique, selon nos estimations d’exposition aux émissions industrielles de polluants de l’air mais les expositions aux concentrations du réseau d’échantillonnage semblaient similaires (voir tableau 1).
  • Les tonnes d’émissions industrielles relâchées dans l’air variaient considérablement entre les différents types d’industries et entre les provinces.
  • Les résultats de cette étude étaient très variables, et ce, en fonction de la province, du type de polluant et du type d’industrie. Les principaux résultats à retenir de cette étude sont :
  • Au Québec, des associations positives étaient observées entre les hospitalisations et les émissions de PM2,5, SO2 et NO2 des raffineries et des fonderies, contrairement à la Colombie-Britannique. Ceci pourrait s’expliquer par le plus faible nombre de gens exposés en Colombie-Britannique;
  • En Colombie-Britannique, des associations positives entre les hospitalisations et les concentrations de NO2 mesurées aux stations étaient observées, mais pas au Québec (voir tableau 3).

Ces résultats divergents entre provinces pourraient être expliqués par différents facteurs. Une hypothèse serait que la localisation des stations de mesures des polluants en Colombie-Britannique permettrait une meilleure capture de l’exposition des enfants aux émissions des industries qu’au Québec.

 

Autor(es): 

Tema(s): 

Tipo de publicación: 

ISBN (electrónico): 

978-2-550-77163-0

Registro Santécom: