Depuis mars 2014, une importante épidémie de maladie à virus Ebola, sévit en Afrique de l'Ouest. Bien que le risque d'importation de la maladie soit faible, il ne peut pas être exclu. Les recommandations formulées dans le présent document constituent un avis d'experts, fondé sur les connaissances actuelles au sujet du risque encouru par les femmes enceintes atteintes de la maladie à virus Ebola. Le présent avis se base principalement sur le document du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ, 2014), portant sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Il tient également compte de publications sur le sujet ainsi que des recommandations des principaux organismes internationaux, qu'il s'agisse de descriptions de cas, de rapports publiés sur des éclosions antérieures et d'avis de groupes d'experts.

Lors de la grossesse, l'immunité est réduite (Blackburn, 2013). De plus, les épidémies en Afrique ont mis en évidence que le virus Ebola représente un danger important pour la femme enceinte, compte tenu de son état de grossesse (hémorragies vaginales et utérines sévères; taux de mortalité élevé). Le virus est en outre responsable d'issues défavorables de grossesse (avortements du premier et du deuxième trimestre, mortinaissances) et de mortalité néo-natale significative. Par ailleurs, les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola implantées dans les centres hospitaliers de la province du Québec, reposent notamment sur le port de la protection individuelle, mesure de protection essentielle. Or, l'efficacité de ces mesures est incertaine durant la grossesse.

Bien que nous ne disposions d'aucune donnée sur le taux de survie fœtale et maternelle si des cas devaient survenir au Québec, où les conditions de soins sont différentes de celles de l'Afrique, nous considérons qu'il s'agit ici d'une situation où le principe de prudence doit guider les recommandations.

Pour ces raisons, des dispositions doivent être prises dans tous les centres hospitaliers du Québec, pour toute la durée de la grossesse et de l'allaitement, les travailleuses doivent être affectées de manière à éviter :

  • les contacts avec les cas suspects ou confirmés de maladie à virus Ebola,
  • les soins et traitements des cas suspects ou confirmés de maladie à virus Ebola,
  • les tâches reliées au nettoyage et à la désinfection de l'environnement, du matériel et des effets personnels ayant été en contact avec un cas suspect ou confirmé de maladie à virus Ebola,
  • la gestion des déchets biomédicaux,
  • les prélèvements, analyses des spécimens et tests de laboratoire de cas suspects ou confirmés de maladie à virus Ebola,
  • la gestion des personnes décédées qui étaient des cas suspects ou confirmés de maladie à virus Ebola.

Comité: 

Tema(s): 

Tipo de publicación: 

ISBN (electrónico): 

978-2-550-72127-7

Registro Santécom: