Projet d'investigation portant sur les personnes décédées par suicide dans la région des Laurentides entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005

Soumis à l’examen du Comité d’éthique de santé publique (CESP) en juin 2006, le Projet d’investigation portant sur les personnes décédées par suicide dans la région des Laurentides entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005, se présente comme une étude descriptive documentant les caractéristiques sociodémographiques des personnes décédées par suicide et les facteurs associés. L’étude suit l’évolution de ces éléments dans le temps et l’espace (au niveau de la région et, si possible, au niveau de chacun des huit territoires de MRC de la région des Laurentides). Les objectifs spécifiques sont d’identifier les caractéristiques des personnes qui se sont suicidées, en réalisant une surveillance (du ou des) :

  • Nombre de suicides au cours de la période pour apprécier et suivre l’évolution (temps/espace/personne), pour les huit territoires de MRC de la région;
  • Caractéristiques sociodémographiques (afin d’identifier les particularités des personnes suicidées et de les cibler [ce type de caractéristiques] lors du déploiement du programme);
  • Facteurs associés au suicide à l’échelle de la région afin de mieux identifier les facteurs sur lesquels intervenir pour mieux soutenir les personnes aux prises avec une problématique suicidaire ».

Les facteurs de risque associés au suicide ont été thématisés pour rendre opérationnelle la perspective théorique adoptée par le modèle écologique de White et Jodoin (1998) (devis, p.4, 8 et 9). Les éléments suivants du devis renseignent sur cette théorie : « […] ce développement se produit à travers la relation entre l’individu et ses potentialités d’une part et, d’autre part, l’environnement dans lequel celles-ci se forment ». Le devis précise les différentes notions utilisées dans ce cadre théorique soit celles de « facteurs prédisposants (ceux qui rendent la personne plus vulnérable au suicide), contribuants (soit des comportements ou les évènements qui accentuent le risque présent), précipitants (ceux qui agissent comme déclencheurs d’un déséquilibre) et de protection (soit les conditions qui réduisent l’impact des facteurs contribuants et prédisposants) ». (idem, p.2) Cette perspective théorique suit une démarche déductive; elle est complétée par une démarche qualitative qui pourra permettre de considérer de nouvelles dimensions non préalablement identifiées dans le cadre théorique, le cas échéant (idem, p.8).

Une investigation semblable à celle qui est proposée par ce projet a été réalisée lors de la phase expérimentale d’un projet de prévention du suicide, dans un territoire de la région. L’étude actuelle vise à fournir la même information de base à l’ensemble des décideurs et intervenants, au moment du déploiement du projet, à l’échelle régionale. Elle s’inscrit ainsi en lien avec la priorité relative à la prévention du suicide dans le plan d’action régional et les plans d’actions locaux de santé publique. Le projet s’inscrit aussi au plan régional de surveillance, compte tenu de l’engagement à réaliser la surveillance des objets inscrits au Plan commun de surveillance de l’état de santé de la population. Il en dépasse cependant le cadre, du moins potentiellement, en utilisant comme source de données l’ensemble des renseignements inscrits dans les dossiers du coroner ( les dossiers concernant les décès par suicide ) et en visant une entité géographique de sous-territoire régional; ces particularités ont conduit à la soumission du projet au Comité d’éthique de santé publique.

Comité: 

Tema(s): 

Tipo de publicación: 

Registro Santécom: