Évaluation du rapport de confirmation diagnostique du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

L'un des aspects de la performance du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) concerne l'investigation des femmes suite à une mammographie de dépistage anormale. L'objectif de cette étude est de comparer les données issues du rapport de confirmation diagnostique du système d'information du PQDCS (SI-PQDCS) avec les bases de données utilisées par l'équipe d'évaluation du PQDCS (RAMQ, MedÉcho, rapport de pathologie et rapport du clinicien). Plus spécifiquement, cette étude porte sur l'évaluation du pourcentage de rapports de confirmation diagnostique inclus au système d'information du PQDCS (SI-PQDCS) ainsi que sur la concordance de la conclusion diagnostique, des actes et des délais d'investigation pour les femmes ayant eu une mammographie de dépistage anormale. Cette comparaison permettra de documenter les avantages et désavantages de ces bases de données, de vérifier la validité du rapport de confirmation diagnostique ainsi que d'identifier des mesures à prendre afin d'améliorer l'estimation des indicateurs de performance reliés à l'investigation des femmes.

  • Parmi les mammographies anormales de 2002 à 2004, 81 % avaient un rapport de confirmation diagnostique avec une conclusion inclus au SI-PQDCS. Cette proportion est supérieure à 85 % pour 13 des 16 régions et se situe autour de 95 % pour 7 d'entre elles. Trois régions ont un pourcentage de rapports inclus au SI-PQDCS très faible, soit : Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine (32,6 %), Montréal (61,2 %) et Montérégie (72,5 %). Plus le pourcentage de rapports inclus au SI-PQDCS est faible, plus le risque que les données ne soient pas représentatives de l'ensemble de la cohorte augmente. Cette situation introduit un biais d'information lors des analyses et peut fausser l'interprétation de cellesci. Il serait important que le pourcentage de rapports de confirmation diagnostique inclus au SI-PQDCS atteigne 95 % dans toutes les régions du Québec. Si un tel niveau de complétion était atteint et que l'information inscrite au rapport était complète et valide, ces données permettraient de calculer plus rapidement les indicateurs de performance du programme et même d'améliorer la mesure de ces indicateurs. De plus, chacune des régions serait en mesure de calculer les indicateurs reliés à l'investigation des femmes de leur région. Des efforts concertés pour augmenter le pourcentage de rapports de confirmation diagnostique inclus au SI-PQDCS et la validité des données saisies aideraient grandement aux efforts d'évaluation et d'amélioration du PQDCS.
  • Le pourcentage de rapports de confirmation diagnostique inclus au SI-PQDCS pourrait être augmenté uniquement en inscrivant la conclusion du rapport. En effet, 5,3 % des femmes ayant eu une mammographie de dépistage anormale ont un rapport de confirmation diagnostique pour lequel aucune conclusion n'a été inscrite au rapport et ce malgré le fait que l'information concernant l'investigation de ces femmes ait été saisie au moins en partie dans ce même rapport.
  • La concordance entre la conclusion du rapport de confirmation diagnostique et le diagnostic issu de la stratégie utilisant les fichiers de MedÉcho, de la RAMQ ainsi que les rapports de pathologie et du clinicien du SI-PQDCS est de 99,5 %.
  • Malgré cette forte concordance quant au diagnostic final, le faible pourcentage de rapports de confirmation diagnostique inclus au SI-PQDCS et la sous-estimation du nombre de cancers observée dans ces rapports empêchent de calculer un taux de détection uniquement à partir du rapport de confirmation diagnostique.
  • Afin de pallier au manque d'information à la RAMQ sur les échographies réalisées dans les cliniques privées, il serait possible, lors de l'analyse du profil d'investigation, d'ajouter les échographies inscrites au rapport de confirmation diagnostique à celles inscrites à la RAMQ. Par contre, dû aux variations dans le pourcentage de rapports inclus au SI-PQDCS, cette solution a le potentiel de biaiser les comparaisons interrégionales. La difficulté d'obtenir de l'information complète sur l'échographie illustre le potentiel qu'a le rapport de confirmation diagnostique d'améliorer l'information disponible pour l'évaluation du programme.
  • Pour les femmes qui n'ont aucun acte d'investigation inscrit au fichier de la RAMQ, l'information saisie au rapport de confirmation diagnostique pourrait être utilisée pour le calcul des indicateurs de performance. Cette utilisation permettrait de réduire la proportion de femmes sans investigation connue de 9,7 % à 5,0 %. Cependant, tel que mentionné cihaut, cette solution a le potentiel de biaiser certaines comparaisons interrégionales.
  • L'ajout systématique de tous les actes inscrits au rapport de confirmation diagnostique à ceux de la RAMQ n'est pas conseillé. L'utilisation simultanée de l'information issue de la RAMQ et du rapport de confirmation diagnostique dans l'analyse du profil d'investigation introduirait un biais d'information qui ferait faussement augmenter le nombre d'actes effractifs survenus en investigation.
  • Pour les femmes ayant eu un diagnostic bénin, le profil d'investigation déterminé selon le rapport de confirmation diagnostique est comparable à celui déterminé à l'aide des données de la RAMQ. Pour ces femmes, il est donc possible d'estimer le profil d'investigation directement à partir des données issues du rapport de confirmation diagnostique. Cependant, pour les régions avec un faible pourcentage de rapports inclus au SI-PQDCS, ces données pourraient ne pas être représentatives.
  • Pour les femmes avec un diagnostic bénin, le délai diagnostique calculé selon l'acte concluant identifié au rapport de confirmation diagnostique est comparable à celui calculé à partir des algorithmes utilisant les fichiers de la RAMQ, de MedÉcho et du rapport du clinicien tels que développés par l'équipe d'évaluation du PQDCS.
  • Pour les femmes diagnostiquées avec un cancer du sein, le profil d'investigation est également similaire selon les deux bases de données sauf en ce qui concerne la proportion de femmes ayant eu une biopsie ouverte. La proportion de femmes ayant eu une biopsie ouverte lors de l'investigation est deux fois plus élevée selon le rapport de confirmation diagnostique que selon les données de la RAMQ. En effet, en présence de cancer, le rapport de confirmation diagnostique identifie souvent la biopsie ouverte de traitement au lieu de la biopsie par forage comme étant l'acte diagnostique. Cette erreur dans les données inscrites au rapport de confirmation diagnostique devrait être corrigée.
  • Chez les femmes avec un diagnostic de cancer du sein, le délai diagnostique est plus long selon l'acte concluant inscrit au rapport de confirmation diagnostique que celui déterminé par l'algorithme de l'équipe d'évaluation du PQDCS. Ce problème est lié au fait que l'acte concluant inscrit au rapport de confirmation diagnostique identifie une biopsie ouverte comme acte diagnostique pour une trop grande proportion des femmes.

Autor(es): 

Comité: 

Tema(s): 

Tipo de publicación: 

ISBN (electrónico): 

978-2-550-55248-2

ISBN (impresión): 

978-2-550-55247-5

Registro Santécom: