Cannabis et santé

Dossier

Le gouvernement canadien s’est engagé à légaliser le cannabis à des fins non médicales d’ici le 1er juillet 2018. Afin de mieux comprendre les enjeux liés à cette initiative, ce dossier rassemble une information à jour et pertinente sur les impacts de la légalisation dans une perspective de santé publique. Il comporte des fiches thématiques et une veille sur chacun des thèmes.

Le cannabis est la substance illicite la plus consommée

Même dans un contexte de prohibition, le cannabis est la troisième substance psychoactive la plus consommée, après le tabac et l’alcool, au Canada comme partout dans le monde. 

Le cannabis n’est pas un produit ordinaire : il peut présenter des risques pour la santé et la sécurité publiques

Ses effets psychoactifs affectent la conduite de véhicules à moteur, peuvent induire la dépendance, nuire au développement du cerveau des jeunes et potentiellement provoquer des troubles mentaux. Fumer du cannabis peut aussi causer des maladies respiratoires.

Légaliser peut rimer avec santé… à certaines conditions 

La légalisation du cannabis à des fins non médicales peut contribuer à l’amélioration de la santé publique. Cependant, les choix qui seront faits pour encadrer la production, la distribution et la consommation de cette substance sont cruciaux pour atteindre cet objectif. Parmi les initiatives réglementaires à déployer, celles ayant une visée de prévention, de santé et de sécurité sont à privilégier :

  • Tendre le plus possible vers une logique à but non lucratif pour éviter de mettre en place un système de commercialisation de la substance qui, par différentes stratégies, favorise la banalisation du cannabis et encourage l’augmentation de son usage.
  • Mettre en place un ou des organismes gouvernementaux de contrôle du cannabis afin d’assurer l’encadrement et le contrôle des différents enjeux de santé publique liés à la production et à la distribution du cannabis (personnes ou organisations autorisées à produire et distribuer, formes de cannabis autorisées, publicité, accessibilité...).
  • Se doter de mécanismes et procédures d’assurance qualité pour contrôler la concentration en THC, la sécurité et la qualité des produits de cannabis.

Débuter la lecture du dossier >