Bulletin d'information en santé environnementale

 Bulletin d'information en santé environnementale

13 juin 2000
  • Claude Tremblay, Direction de la santé publique de la Régie régionale de la santé et des services sociaux de la Montérégie
  • Michèle Bouchard, Direction de la santé publique de la Régie régionale de la santé et des services sociaux de la Montérégie
  • Fabien Gagnon, Direction de la santé publique de la Côte-Nord
  • Jacques-François Cartier, Direction de la santé publique de la Côte-Nord
  • Paul Bégin, Direction de la santé publique Saguenay/Lac Saint-Jean
  • Léon Larouche, Direction de la santé publique Saguenay/Lac Saint-Jean
  • Louis Dionne, Direction de la santé publique Mauricie/Centre du Québec

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) représentent un groupe de contaminants de l’environ­nement reconnus prioritaires au Canada. Ils contiennent au moins deux noyaux benzéniques fusionnés et ne sont formés que de carbone et d’hydrogène. Les HAP proviennent principalement des processus de pyrolyse et en particulier de la combustion incomplète de la matière organique. Ils sont également des constituants naturels des huiles de coupe et de plusieurs autres produits pétrochimiques. Dans l’environnement, ils se retrouvent sous forme de mélanges complexes.

La population générale est exposée aux HAP principalement par l’ingestion de...

12 juin 2000
  • Patrick Levallois(1), Pierre Lajoie(1), Denis Gauvin(1), Gaétan Carrier(2), Albert Daveluy(3), Louis Drouin(4), Claude Prévost(5), Gilles Thériault(6), Claude Tremblay(5)
  • 1)Direction de la santé publique de Québec, (2)Université de Montréal, (3)Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, (4)Direction de la santé publique de Montréal-Centre, (5)Direction de la santé publique de la Montérégie, (6)Université McGill

Face aux inquiétudes liées au risque potentiel associé aux champs électrique et magnétique émis par les lignes à haute tension, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a demandé à la fin de l’année 1998, la création d’un groupe de travail provincial issu du réseau de la santé afin de dresser l’état de situation de cette problématique. Le rapport de ce groupe a été déposé en mai dernier au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Cet article présente la conclusion et les recommandations issues de cette démarche.

Le mandat du groupe de travail était de mettre à jour l’information scientifique sur les...

15 avril 2000
  • Benoît Lévesque, Médecin-conseil, Direction de la santé publique de Québec
  • Henri Prud’Homme, Médecin-conseil, Direction de la santé publique de Québec

L’amiante désigne plusieurs minéraux naturels fibreux qui se répartissent en deux groupes, soit celui des amphiboles, qui incluent, entre autres, la crocidolite et l’amosite, et la variété serpentine, plus familièrement appelée chrysotile. Par ses propriétés d’ininflammabilité, d’isolant thermique et acoustique de même que par sa résistance chimique, électrique et mécanique, l’amiante possède des qualités techniques remarquables. Au Québec, l’amiante a été utilisé dans le domaine de la construction et de la rénovation de nombreux bâtiments, principalement entre les années 1950 et 1980. Dans les édifices publics, les matériaux contenant de l’amiante peuvent être présents sous diverses formes, telles que des...

18 février 2000
  • Pierre L. Auger, médecin-conseil, CLSC Haute-Ville

Depuis une dizaine d’années, les médecins reçoivent de plus en plus de patients qui se plaignent d’un étrange syndrome qui se manifeste par une réaction polysystémique (touchant plus d’un organe ou d’un système), résultant d’une exposition à des produits chimiques ou à de fortes odeurs. Les premières descriptions de ce syndrome nous viennent des États-Unis. En fait, celui-ci a été décrit au début des années 1950 par Randolph et Rollins. Ces derniers sont considérés comme les pionniers de la médecine écologique qui aujourd’hui propose un traitement pour ce type de patients. Avec l’augmentation du nombre de personnes atteintes de cette affection, plusieurs organismes se sont graduellement penchés sur le...

17 février 2000
  • Louis-Marie Poissant, Direction de la santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue
  • Claudine Christin, Direction de la santé publique de Montréal-Centre
  • Daniel G. Bolduc, Comité de santé environnementale du Québec
  • Marie Chagnon, Direction de la santé publique de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
  • Pierre Lainesse, Direction de la santé publique de Chaudière-Appalaches
  • Jean-Marc Leclerc, Comité de santé environnementale du Québec
  • Sous la coordination du Comité de santé environnementale du Québec

Le Comité de santé environnementale du Québec (CSE) et le Conseil des directeurs de santé publique du Québec ont déposé le 22 novembre dernier à Laval un mémoire à la Commission sur la gestion de l’eau au Québec. Le Conseil profitait ainsi de la consultation publique menée par le Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) pour faire valoir les éléments essentiels que le gouvernement devrait considérer dans sa future politique sur l’eau afin que la gestion de l’eau atteigne véritablement l’objectif de protection de la santé publique spécifié dans le document de consultation du gouvernement du Québec.

La manière de gérer l’eau et les choix que cela suppose sont intimement liés à la santé et au bien-être de la population québécoise. De la contamination de l’eau potable à...

Pages

S'abonner à Bulletin d'information en santé environnementale