Bulletin d'information en santé environnementale

 Bulletin d'information en santé environnementale

14 mars 2017
  • Marie-Christine Gervais, M. Sc., conseillère scientifique
  • Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, Institut national de santé publique du Québec

Selon les estimations des Nations unies, 70 % de la population mondiale habitera en ville en 2050. Malgré certains bénéfices propres aux villes, dont un accès favorisé aux biens et services ainsi que des interactions sociales facilitées, l’environnement urbain peut engendrer plusieurs effets néfastes sur la santé de la population, que ce soit par l’adoption possible d’un mode de vie sédentaire, une exposition accrue à la pollution atmosphérique, au bruit et à la chaleur, ou un accès limité à un espace vert.

L’étude de Mueller et al. (2017) a pour but d’estimer le nombre de décès qui pourraient être évités si les recommandations internationales associées à certains facteurs de risque étaient respectées. Pour ce faire, le modèle UTOPHIA (Urban and TranspOrt Planning...

6 février 2017
  • Patrick Poulin, Ph. D., conseiller scientifique
  • Équipe scientifique sur l’environnement intérieur, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie
  • En collaboration avec Marie-Eve Levasseur, Jean-Marc Leclerc et Pierre Lajoie
  • Équipe scientifique sur l’environnement intérieur, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie
  • Avec la participation spéciale de Patrick Bélanger, Centre de toxicologie du Québec (CTQ)
  • et de Mathieu Valke, Michelle Gagné et Marie-Hélène Bourgault, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie

Il est reconnu que les populations des pays industrialisés passent plus de 90 % de leur temps dans les milieux intérieurs, un comportement qui engendre des enjeux de santé publique propres à ce type d’environnement. En effet, les bâtiments publics et privés abritant ces populations sont constitués, meublés et décorés de matériaux synthétiques qui sont susceptibles d’émettre et de disperser diverses substances organiques potentiellement nocives pour les occupants. De plus, la présence de certains produits de consommation, de même que l’utilisation de produits de nettoyage et de fragrances, tendent à accentuer la charge et la diversité de ces substances dans les milieux intérieurs. L’exposition à ces dernières est généralement plus importante dans les environnements intérieurs qui ne...

13 janvier 2017
  • Denis Gauvin, M. Sc, conseiller scientifique
  • Benoît Lévesque, M.D., médecin-conseil
  • Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, Institut national de santé publique du Québec

Les activités de course extrême ont de plus en plus la cote partout à travers le monde. L’une d’entre elles entraîne les coureurs à franchir des obstacles dans un environnement où la présence de boue ajoute au « plaisir » et à la difficulté de l’épreuve. Ce type de course dans la boue n’est généralement pas réservé qu’aux athlètes, la population de tous les âges y participant, tant adultes qu’enfants. Malheureusement, l’exposition à la boue implique la présence potentielle de micro-organismes pathogènes pouvant se solder par des cas où des éclosions de maladies.

2 décembre 2016
  • Mathieu Gauthier, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie
  • en collaboration avec Denis Gauvin, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie

Chapman et al. (2016a) ont analysé l’évolution du taux d’incidence du cancer du cerveau en Australie de 1982 à 2012 dans leur article « Has the incidence of brain cancer risen in Australia since the introduction of mobile phones 29 years ago? ». Cette analyse est assortie de simulations portant sur les taux d’incidence de cancer attendus en considérant l’hypothèse qu’une augmentation rapide de l’utilisation du téléphone cellulaire en Australie pourrait être associée à une hausse marquée des cas de cancer du cerveau. 

4 novembre 2016
  • Date de l’événement : 5 novembre 2016

Dr Pierre Gosselin, responsable scientifique de l’équipe changements climatiques, était l'invité ce matin à l’émission Première heure avec Claude Bernatchez, sur ICI Radio-Canada Première, dans le cadre de la chronique hebdomadaire Ça marche Doc! Il a notamment parlé des différentes sources de pollution atmosphérique, à Québec, de leurs effets sur la santé et des possibilités d’atténuation de ces polluants. Vous pouvez réécouter la chronique ici!

Pages

S'abonner à Bulletin d'information en santé environnementale