Articles de août 2017

 Bulletin d'information en santé environnementale

10 août 2017
Résumé
Mathieu Valcke, Michelle Gagné

Les agences de santé publique internationales insistent de plus en plus sur la nécessité d’envisager toutes les mesures pour réduire autant que possible l’exposition au plomb. Il est donc pertinent d’étudier les déterminants qui contribuent le plus à cette exposition afin d’identifier les meilleures cibles d’action pour la réduire. Un environnement minier est intéressant à cet égard puisqu’il s’agit potentiellement d’un milieu hautement contaminé. Les communautés voisines de la municipalité de Flin Flon, au Manitoba, et de la ville de Creighton, en Saskatchewan, ont été le théâtre d’activités minières importantes depuis les années 30. Peu de temps avant la fermeture de la fonderie, en 2010, une évaluation du risque, incluant des mesures de plombémie, a été effectuée auprès des enfants de moins de 7 ans de la communauté. À ce moment, la concentration moyenne de plomb dans le sang était de 2,73 µg/dL, et 13 % des enfants présentaient une plombémie supérieure à 5 µg/dL. 

À la suite de la fermeture de la fonderie, des mesures visant à diminuer l’exposition au plomb environnemental et le risque en découlant pour la population avoisinante ont été implantées. Safruk et al. (2017) ont alors réalisé une seconde étude de biosurveillance. L’objectif de cette étude était d’évaluer le lien entre la plombémie des enfants et les concentrations retrouvées dans les divers milieux environnementaux contribuant à l’exposition, soit l’eau potable, les sols, les poussières et la peinture.