Publications



Analyse sommaire des impacts du projet de barrage hydroélectrique de la Romaine sur la santé de la population : suivi du cas de la municipalité de Havre-Saint-Pierre
| Julie St-Pierre | Roseline Lambert |

loupe
Document en PDF


Aperçu des contenus

L'exemple du projet Romaine démontre bien tous les aléas de l'implantation des grands projets de développement dans le Nord québécois. Premier grand chantier hydroélectrique depuis plusieurs années à s'installer à si courte distance d'une petite communauté, ce projet vient ouvrir la voie pour plusieurs autres projets d'envergure. Havre-Saint-Pierre est l'une des huit municipalités qui, avec les deux communautés autochtones d'Ekuanitshit et de Nutashkuan, constituent la MRC de la Minganie sur la Côte-Nord. Havre-Saint-Pierre est le point central de la Minganie et le siège de la MRC tout comme de nombreux services gouvernementaux, municipaux et régionaux. L'économie locale traditionnellement orientée autour de la pêche a diversifié ses activités depuis quelques années.

Le projet Romaine par Hydro-Québec vise le développement d'un complexe hydroélectrique de 1 550 MW sur la rivière Romaine au nord de la municipalité. Les travaux de réalisation de ce complexe composé de quatre centrales ont débuté en mai 2009 et devraient s'étendre jusqu'en 2020. Au commencement des travaux, plus d'un millier de travailleurs venus de partout au Québec ont convergé vers Havre-Saint-Pierre pour travailler au chantier. Depuis, deux campements principaux ont été construits pour recevoir les travailleurs. Le premier campement se situe à environ 50 km au nord-est de la communauté de Havre-Saint-Pierre. Le va-et-vient des travailleurs entre les diverses régions du Québec, les autres communautés de la Côte-Nord et le chantier se déroulent en parallèle avec la vie quotidienne de la municipalité. Toutefois, la frontière entre le chantier et la municipalité n'est pas aussi nette et le voisinage ne se fait pas sans heurts.

L'analyse sommaire qui suit propose de décrire brièvement les principaux impacts du projet Romaine sur la population de la municipalité de Havre-Saint-Pierre examinés à la lumière des déterminants de la santé touchés.

Impacts économiques

Une économie locale en transition

Quoiqu'indéniables, les retombées économiques de grands projets tels que celui de la Romaine ne sont pas tous aussi profitables pour la communauté que lors des prévisions avant-projet. Quatre ans après le début des travaux, les acteurs du milieu se montrent nuancés sur les retombées économiques qu'ils anticipaient pour la région à la lumière des impacts collatéraux qui ont accompagné celles-ci. Des effets positifs sur l'économie locale sont observables, comme la croissance démographique qui a permis de freiner l'exode des jeunes et d'attirer de nouveaux arrivants, le secteur de la construction qui profite d'une croissance remarquable et le marché de l'emploi en effervescence. De plus, les investissements dans les infrastructures locales apportent des améliorations au niveau municipal. Or, ces changements amènent des effets néfastes dans d'autres secteurs qui eux, se retrouvent en difficulté. Le recrutement et la rétention de la main-d'œuvre sont problématiques notamment pour le milieu communautaire, l'industrie de la pêche et les petits commerces qui n'ont pas les moyens de compenser pour l'augmentation de la masse salariale. Les entreprises les plus affectées doivent parfois augmenter les prix ou diminuer l'offre de services, ce qui affecte directement le consommateur.

Auparavant vulnérable et en situation de relative dépendance économique à l'égard du gouvernement, la Minganie s'est peu à peu transformée en un lieu trépidant d'opportunités de toutes sortes laissant présager des années fastes qui ne viennent pas aussi rapidement que prévu. Dans certains cas, les retombées anticipées ne se sont simplement pas avérées; la construction du grand complexe hôtelier au Havre en prévision d'une grande affluence d'entreprises et de travailleurs dans la communauté en est un bon exemple. L'espoir de voir les choses se rétablir avec le temps demeure malgré tout.

Impacts sur le milieu de vie

Un milieu fragile en déséquilibre

Les impacts sur le milieu de vie sont ressentis principalement en lien avec le développement routier et dans l'accès aux services de proximité. La tranquillité de la petite municipalité côtière est perturbée par le développement routier. Au désenclavement qu'amènent les nouvelles infrastructures de transport se greffe une diminution du sentiment de sécurité des usagers de la route 138, particulièrement accentuée chez les aînés. Les déplacements sur la route 138 représentent un facteur d'inquiétude nouveau pour la population habituée à un flot de circulation réduit. De plus, pour les gens qui résident en bordure de la route, la qualité de vie serait plus directement affectée en particulier par le bruit du trafic routier.

L'accès aux services de proximité tels que les commerces de détail, les services de santé et les services de garde sont des facteurs révélant la qualité de vie d'un milieu. Or, en ce moment, ces services de proximité offerts aux citoyens sont en déclin à Havre-Saint-Pierre et pour toute la Minganie puisqu'il s'avère difficile d'obtenir ou retenir la main-d'œuvre et qu'avec l'achalandage qui s'accroît les services en place ne suffisent pas à la demande. La pénurie persistante de logements et le manque de place en garderie sont deux problèmes criants qui ont de multiples conséquences sur le milieu. Plusieurs exemples de perte effective dénotent de la fragilité du milieu : lorsqu'une personne quitte ses fonctions, c'est souvent le service qui disparaît avec elle. Ainsi, malgré le fait que l'infrastructure hospitalière le permette, il n'y a plus de services au niveau de la chirurgie, ni de la radiologie, ni de l'obstétrique. Bien que ces derniers effets sur les services à la population ne soient pas directement attribuables à l'arrivée des grands projets, ils contribuent à l'impact cumulatif sur les services.

Plus généralement, de nombreux services aux citoyens ou aux entreprises sont aussi plus difficiles, voire même impossibles à obtenir. Les services pour effectuer de menus travaux (entretien, plomberie, électricité) sont pratiquement inexistants, sinon leur coût ou le temps d'attente sont prohibitifs. Le peu d'entrepreneurs qui restent à Havre-Saint-Pierre pour effectuer ce type de travail ne fournit pas à répondre à la demande du milieu. Selon les personnes rencontrées à Havre-Saint-Pierre, l'augmentation locale du coût de la main-d'œuvre due à l'effet de concurrence engendrée par l'attrait des emplois bien rémunérés sur le chantier ou à la mine se fait directement sentir sur les prix des biens de consommation. Dans un contexte d'augmentation générale du prix des biens de consommation, il est difficile de mesurer la hausse réelle par rapport à l'ensemble du Québec, mais la rapidité avec laquelle celle-ci est survenue en Minganie est durement ressentie par certains ménages. De plus, la croissance démographique, augmentant la pression sur les services et l'hébergement, place la municipalité de Havre-Saint-Pierre, mais aussi l'ensemble de la MRC, en situation de crise. Les impacts de ce déséquilibre du milieu sur la population sont nombreux et complexes à solutionner.

Impacts sociaux

Un climat social houleux

Tous les bouleversements économiques et leurs effets sur le milieu se répercutent au niveau social. Difficiles à évaluer et ayant des chaînes causales complexes, surtout dans une petite communauté relativement isolée comme Havre-Saint-Pierre, les impacts sociaux sont palpables, notamment en matière d'inégalités sociales. Il a été documenté ailleurs que la cohabitation avec un chantier de travail en contexte de fly in / fly out avec son va-et-vient constant de travailleurs masculins ayant un revenu disponible élevé et suivant des horaires par rotation peut entraîner une augmentation de la prostitution, des ITSS et des grossesses non désirées (Habitat, 2010). La présence d'un grand nombre de personnes provenant de l'extérieur de la région contribue à diminuer le sentiment de sécurité et en vient à causer des tensions entre les groupes sociaux à l'intérieur de la communauté. Une accumulation de problématiques diverses qui peut mener à la détérioration graduelle du tissu social. La population de Havre-Saint-Pierre vit déjà quelques-uns de ces impacts de manière plus ou moins importante.

Un accroissement des inégalités sociales est perceptible à Havre-Saint-Pierre. L'écart entre les riches, ceux qui ont pu avoir accès à des emplois bien rémunérés ou à des contrats lucratifs, et les personnes défavorisées, celles qui n'ont pas profité d'une augmentation de revenu, s'est creusé considérablement renforçant la situation de précarité et d'isolement de certaines personnes dans la communauté. Les femmes se retrouvent aussi particulièrement désavantagées non seulement dans l'accès à l'emploi, mais par le manque de places en service de garde qui empêche le retour au travail. Une augmentation et une complexification des problèmes psychosociaux sont ressenties par les organismes qui offrent des services de cette nature. Quelques cas d'itinérance ont été enregistrés pour la première fois en Minganie, dont de nouveaux arrivants attirés par le boom économique. Une augmentation de plusieurs types de consommation est remarquée, soit la consommation de drogues, d'alcool et de jeu. La consommation accrue de biens de luxe (bateaux, motoneige, véhicules récréatifs, etc.) est aussi une préoccupation notamment en ce qui a trait à ses répercussions sur l'endettement des ménages. Des inquiétudes sont aussi soulevées concernant l'effet sur le décrochage scolaire et la valorisation des études face à l'accès rapide au marché du travail par les jeunes pour combler la pénurie de main d'œuvre. Un mécontentement assez général envers le projet Romaine et Hydro-Québec est également perceptible dans la communauté. Cependant, de la mobilisation citoyenne par rapport aux enjeux de gouvernance liés à l'autonomie de la région et au développement nordique émerge une solidarité retrouvée autour des diverses revendications.

Favoriser la santé des communautés dans le développement nordique

Au niveau national, la mise en valeur des ressources énergétiques ou minières en territoire nordique peut contribuer à la richesse collective par la stimulation de l'économie et par ses retombées fiscales. Le suivi des impacts du projet Romaine sur la population de Havre-Saint-Pierre indique que les grands projets de développement peuvent aussi contribuer significativement au bien-être des populations locales grâce à l'amélioration des conditions économiques, des travaux d'infrastructure ou de l'ouverture du territoire. Même si elles ne s'avèrent pas à la mesure des attentes de la population et des acteurs économiques de la région, les retombées positives du projet Romaine — à court et à moyen terme — au niveau régional demeurent indéniables, du moins au regard de la création d'emplois directs et indirects, de la masse salariale générée en région, de l'achat de biens et services auprès de certaines entreprises, des fonds que vont recevoir les communautés signataires d'ententes sur les répercussions et avantages ou de partenariat ainsi que du renversement de l'exode démographique.

La présente analyse sommaire des impacts du projet Romaine rappelle également que les conditions de mise en œuvre de ces projets de développement peuvent aussi contribuer à la détérioration du tissu social et nuire à la santé des communautés touchées.

Les impacts économiques et sociaux sur le milieu qui ont été identifiés permettent de comprendre à quel point l'arrivée du projet Romaine a bouleversé la vie de cette communauté à plusieurs niveaux. L'analyse sommaire du cas de Havre-Saint-Pierre permet de conclure qu'afin que le développement du Nord se fasse avec le Nord, il est primordial de s'assurer non seulement de maximiser les retombées positives directes pour les communautés qui y vivent, mais aussi d'atténuer au mieux les impacts négatifs qui pourront être ressentis par ces communautés. Une meilleure prise en compte des impacts sur la santé dans le cadre du processus québécois d'évaluation environnementale pourrait représenter l'une des voies pour y arriver. Il serait finalement souhaitable d'impliquer directement les communautés dans la recherche des solutions les plus appropriées à leurs différents contextes locaux. Le développement nordique sera ainsi plus durable et favorisera la santé des communautés et de leurs populations.